ORLÉANS RIVE GAUCHE PLUS D'UNE CORDE À SON ARC

2 097

C\'est, en euros et au m², le prix moyen de l\'immobilier sur la commune d\'Orléans.

MeilleursAgents.com, février 2012

2 083

C\'est, en euros et au m², le prix moyen de l\'immobilier sur la commune de Saint-Jean-le-Blanc.

MeilleursAgents.com, février 2012

2 094

C\'est, en euros et au m², le prix moyen de l\'immobilier sur la commune d\'Olivet.

MeilleursAgents.com, février 2012

Les bords du Loiret, à Olivet. Accession sociale ou haut de gamme, collectif ou individuel... l'offre se fait plurielle en rive gauche.

ÉTAT DES LIEUX.

La rive gauche de l'agglomération orléanaise, traditionnellement résidentielle, séduit toujours les acquéreurs en quête de maisons individuelles. L'offre y est relativement homogène en prix, exception faite de l'enclave des bords du Loiret, à Olivet, et le parc immobilier y est varié, avec des pavillons et des maisons d'artisans datant des années 1900 aux décennies 1960 à 1980.
L'agglomération poursuit sa politique d'accession à la propriété en maintenant le Pass Foncier pour les jeunes acquéreurs, au moyen de crédits délégués d'aides à la pierre. Face à Orléans, Saint-Jean-le-Blanc a bénéficié de l'essor économique de l'agglomération et de la proximité : deux ponts mènent directement au centre historique. Entre maisons et appartements, les familles y trouveront de grandes surfaces : on recense 60 % de T4 et plus, au sein d'un Val de Loire classé par l'Unesco. La ville, en plein boom démographique, concentre une majeure partie de l'offre d'habitat social rive gauche.
Traditionnellement en tête des villes les plus prisées de la couronne orléanaise, aux portes de la Sologne, Olivet bénéficie des présences de l'autoroute, de la N20 et du tramway. Belles vigneronnes, moulins ou fermes forment un micromarché qui séduit une clientèle solvable. La demande est pressante sur les terrains à bâtir. L'orientation du PLU, autorisant de petites parcelles, pourrait ramener les jeunes acheteurs sur le territoire : on peut aujourd'hui construire sur 400 ou 500 m². Une solution pour les primo-accédants espérant s'installer avec une enveloppe inférieure à 200 000 euros, là où un ticket d'entrée de 250 000 euros reste un minimum pour ce secteur prisé, les maisonettes étant rares sur le marché.

FRANÇOIS BARADUC, GÉRANT DU CABINET BARADUC À OLIVET

© DR / Mairie d’Olivet

La pénurie ici est réelle sur les petits biens et l'ultra moderne. Les maisons contemporaines, très prisées, font défaut. Il en va de même pour celles de moins de 80 m², évaluées sous la barre des 200 000 euros. La majorité de l'offre repose sur des biens entre 130 et 150 m², estimés entre 300 000 et 350 000 euros. Des produits ayant leur public, mais qui nécessitent parfois une modernisation. Une clientèle émergente est en quête de maisons plus performantes, le diagnostic énergétique est une base de départ. Un programme neuf, petit immeuble de standing, dans le centre, près du tramway, s'est ainsi très bien vendu. Le budget pour ce genre de biens oscille entre 3 700 et 3 900 euros/m². En investissement, c'est un bon placement. Des clients ont ainsi acquis un appartement de 140 m², pour leur retraite, qui sera mis en location entre-temps. Olivet reste un secteur préservé, à la clientèle qualitative.

Posté le 10/04/2012 par CATHERINE COUSTY-ABBADIE

Autres articles Centre

Voir plus d'articles Centre