Bas-Rhin : L’Orangerie, Vosges et Contades : des biens d’exception à saisir

Kevin Weyhaubt Directeur d’Espaces atypiques Strasbourg

Les actifs qui ont de gros budgets et souhaitent rester mobiles privilégient les biens autour de 700 000 €, pour une revente facile. Au-delà de ce prix, la transaction est souvent plus longue.

03 88 52 27 94
strasbourg@espaces-atypiques.com
9, place Kléber,
67000 Strasbourg

Jean-Yves Rodier Responsable de l’agence HRD Immobilière de l’Orangerie

Dans un immeuble neuf, le dernier étage, synonyme de prestige, est souvent acheté sur plan par un client à la recherche d’un bien d’exception avec un bel extérieur.

03 88 14 46 14
hrd.fr
80, allée de la Robertsau,
67000 Strasbourg

Les quartiers prestigieux du nord de Strasbourg abritent une poignée de biens rares, villas ou appartements se démarquant par leur situation, leurs qualités particulières, une architecture ou un style hors du commun. Les prix évoluent à la hausse sur ce marché de niches, gage de confort et de sécurité financière pour les acquéreurs.

« Un quart des ventes dans les quartiers prisés de Strasbourg – l’Orangerie, Vosges et Contades – sont des biens d’exception », estime Hervé Durand, responsable de HRD Immobilière, agence spécialisée dans le haut de gamme. Les experts y font le plein de perles rares avec l’arrivée des beaux jours, temps fort pour l’immobilier de luxe.



Circulation

« Le marché reste tendu mais les biens circulent et c’est la saison idéale pour les transactions », note Kevin Weyhaubt, directeur d’Espaces atypiques Strasbourg. « Il y a une dynamique sur les dossiers que nous traitons actuellement », se réjouit l’expert, qui compte parmi sa clientèle une majorité de jeunes actifs mobiles professionnellement, à la recherche de produits résolument contemporains.



Duplex terrasse

à l’Orangerie, il propose à la vente un duplex récent de 195 m², issu d’une surélévation et doté d’une terrasse plein sud, pour la coquette somme de 890 000 euros. Les derniers étages, en particulier, attirent les acquéreurs fortunés. Dans ce même quartier, un appartement de 300 m², situé au sommet d’un immeuble des années 1960, a récemment trouvé preneur au-delà du million d’euros, par l’intermédiaire de HRD Immobilière.



Embellie

Dans le périmètre de la Neustadt, les familles cherchent de beaux appartements d’inspiration haussmannienne, plus classiques mais spacieux et modernisés. « Les prix y sont encore raisonnables en comparaison de l’hypercentre strasbourgeois », souligne Kevin Weyhaubt, qui observe toutefois une embellie sur certains axes comme l’avenue des Vosges, depuis qu’elle a été classée par l’Unesco



Gage pour l'avenir

« Cette distinction est un attrait supplémentaire pour les clients car elle apporte une sécurité financière pour l’avenir », souligne le responsable d’Espaces atypiques. « De plus en plus de personnes consacrent un budget important à leur logement. La pierre est un refuge pour tout le monde. Les gros portefeuilles misent leur capital sur le bien le plus calme, le mieux placé, le plus joli ou le plus grand, voire tous ces facteurs en même temps », confirme Hervé Durand.



Grandeur

« De plus en plus de vendeurs proposent des biens dépassant 200 m² », note Kevin Weyhaubt. Une telle surface permet parfois d’associer logement et activité commerciale ou professionnelle. « C’est une configuration qu’on retrouve de plus en plus », note l’agent, qui propose à la vente dans cet esprit, avenue de la Forêt-Noire, un bel appartement début 1900 de 292 m², pour 995 000 euros.



Hôtel particulier

Dans le quartier chic des Contades, à deux arrêts de tram de la presqu’île, un hôtel particulier typique de la Neustadt, comptant trois appartements et trois locaux professionnels dotés chacun de trois salons en enfilade, est sur le marché. « C’est un très bon placement patrimonial. L’ensemble flirte avec les deux millions d’euros, un prix dans la tendance, les parties communes du bâtiment ayant été rénovées », fait remarquer Kevin Weyhaubt.



Écrin de verdure

La Robertsau, voisine, est quant à elle synonyme de nature. C’est l’atout maître de ce quartier attractif, où les prix à la revente ont été dopés par l’immobilier neuf, dépassant 5 000 euros le m². Les hauts revenus peuvent y trouver de belles opportunités. « Une maison début 1900 de 330 m² avec 5 ares de terrain, proche des commerces et du tram, rénovée à 90 %, dotée d’une piscine et d’une cage d’escalier splendide, est sous compromis pour 1,5 million d’euros », souligne Jean- Yves Rodier, responsable de l’agence HRD Immobilière de l’Orangerie.



Clientèle étrangère

à la clientèle traditionnelle, bourgeoise et assez locale, s’ajoute désormais une demande étrangère, suisse, allemande ou même anglaise. « Certains clients anticipent le Brexit et jettent leur dévolu sur les biens contemporains dans les quartiers forts, à savoir l’hypercentre, le nord strasbourgeois et le début du Neudorf », constate Kevin Weyhaubt.


Posté le 27/06/2019 par Clarisse Bargain

Autres articles Alsace

Voir plus d'articles Alsace