Les professionnels de l’immobilier se rapprochent du statut de tiers de confiance

La reconnaissance du titre d’agent immobilier est désormais clarifiée et encadrée au bénéfice de la confiance des clients…

Sur un marché de la transaction immobilière qui n’a cessé ces dernières années de s’intermédier, de s’ouvrir à de nouveaux réseaux de mandataires ou de « s’ubériser » avec l’émergence d’agences en ligne et à faibles commissions, la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) poursuit son combat pour faire reconnaître le titre d’agent immobilier.



Reconnaissance du titre d’agent immobilier

Hier encore, la profession d’agent immobilier était la seule profession réglementée dont les métiers faisaient l’objet d’une description sans être pour autant dénommée. Avec la loi Elan, la reconnaissance du titre d’agent immobilier est désormais clarifiée et encadrée. Fini la confusion, puisque le titre d’agent immobilier ne peut être attribué qu’à une personne détentrice de la carte de transaction (la fameuse carte T) sous peine d’une amende de 7 500 euros.



Des contraintes d’aptitude

Pour obtenir cette carte de transaction, le professionnel doit notamment justifier de diplômes sanctionnant un certain niveau d’études juridiques, économiques ou commerciales, détenir une garantie financière et s’astreindre à une formation continue. « Le législateur reconnaît la dignité de ces professionnels, dont quiconque pouvait auparavant usurper le nom du mét ier sans répondre aux contraintes d’aptitude, d’assurance et de garantie financière ou encore de moralité », se félicite le président de la FNAIM, Jean-Marc Torrollion, au sujet de la protection désormais effective des titres d’agent immobilier et d’administrateur de biens.



Bientôt un caducée professionnel

Pour aller plus loin, la FNAIM souhaite maintenant créer un caducée professionnel pour identifier les détenteurs d’une carte d’habilitation aux métiers de la transaction, de l’administration de biens et du syndic de copropriété. L’objectif est de faciliter la distinction des professionnels de l’immobilier par les consommateurs. À travers cet emblème historiquement porté par les corps de santé, la FNAIM rappelle aussi ses combats historiques, tels que la liberté des honoraires et la défense du mandat exclusif, sans oublier les négociations actuelles et à venir sur la réforme de la copropriété et la réforme des agences immobilières.


Posté le 29/04/2019 par Olivier Cheilan

Autres articles nationaux

Voir plus d'articles nationaux