Toulouse et région : Deuxième couronne toulousaine : à la recherche de la perle rare

Christophe Goguery Directeur d’Immojoy

Pour Immojoy, 2019 est sous le signe de l’optimisme. Nous avons une forte demande dans l’agglomération et ses satellites prioritaires. L’Union, Balma, Ramonville, Blagnac, Colomiers et Tournefeuille captent 80 % des 20 000 ventes effectuées dans le département.

06 84 60 60 31
immojoy.com
24 bis, avenue des Pyrénées,
31810 Venerque

Vie de village, commerces, écoles et un accès à Toulouse en moins de 30 minutes : voilà les éléments qui font le succès des communes de la deuxième couronne toulousaine.

Boostée par les 19 000 arrivants qui choisissent chaque année de s’y installer, la région toulousaine confirme son dynamisme. « Ce qui vient embellir le marché immobilier dans son ensemble », explique Christophe Goguery, directeur d’Immojoy, réseau immobilier toulousain qui intervient notamment sur les communes autour de Venerque, Lacroix-Falgarde, Auterive, Montgiscard, Nailloux, Muret, Cugnaux, Tournefeuille, Aussonne, Blagnac, Saint-Lys et Beauzelle.



Une très belle année 2018

« Pour notre réseau, 2018 a bénéficié d’une belle dynamique, avec une conjoncture favorisée par des taux d’intérêt très bas qui ont profité aussi bien aux primoaccédants qu’a la clientèle classique et aux investisseurs », poursuit le directeur de l’agence qui continue son développement au nord de Toulouse, notamment vers Bruguières, Aucamville Fronton et Castelmaurou. Immojoy vient d’ailleurs d’ouvrir des bureaux au Vernet, au 971, route de Toulouse.



Quand 2e couronne rime avec qualité de vie

Avec des prix bien plus accessibles que ceux de sa voisine Bordeaux, Toulouse est un marché porteur caractérisé par un vaste choix d’achats. Un constat valable notamment pour la deuxième couronne où les prix s’adaptent à une clientèle à la recherche d’une qualité de vie, dans des communes bénéficiant de toutes les commodités. « Pour ces communes, on retrouve les éléments essentiels qui font leur succès : un accès à Toulouse en moins de 30 mn, des commerces, des associations, une vie de village, des médecins et des écoles etc.»



Un marché tendu et des prix élevés

Dans ces villes, la demande reste forte, notamment pour les maisons qui se situent entre 230 000 et 400 000 euros. Cette pression maintient des valorisations élevées et des délais de vente rapides pour les biens présentés au bon prix. « Dans le délai d’un mois à peine, nous avons vendu trois maisons autour de Labarthe, entre 275 000 et 350 000 euros », constate Christophe Goguery. Selon lui, un marché de niche pour les belles villas existe dans ces communes. « Moins nombreuse, la clientèle est exigeante sur la qualité du produit, son positionnement et sur le prix en cas de revente. »



Des ventes très rapides

« À présent, nos mandats exclusifs au prix affiché se négocient dans les trois mois maximum. Le résultat est identique quel que soit le secteur : Aussonne, Beauzelle et Aucamville où, par exemple, nous avons vendu une maison de ville à 275 000 euros en un mois ». Bien évidemment, Toulouse tire le marché et Immojoy a vendu à Rangueil une maison toulousaine de 200 m², en parfait état, à 715 000 euros en un mois. « Dans le même délai, un T3 a trouvé acquéreur à Papus pour 68 000 euros, ou un T3 de 66 m², rue Matabiau, à 336 000 euros », détaille Christophe Goguery.



La ferme lauragaise

Il existe aussi une clientèle sélective souvent séduite par le charme de l’ancien. Dans le territoire qui va de Venerque, les coteaux de Lacroix- Falgarde et jusqu’à Nailloux, celui-ci est incarné notamment par la ferme lauragaise. « C’est une véritable identité locale. Ce type de logements se situe souvent en position dominante sur de grands terrains. C’est une véritable perle rare qui peut être vendue à rénover ou déjà rénovée. » Si elle reste exceptionnelle dans le secteur, Immojoy en a vendu trois, sur ces 6 derniers mois, à Venerque, Espanès et Issus.



Les règles de base.

Les règles de base. « Même si la demande est forte, ces biens immobiliers n’échappent pas aux règles de base : un prix adapté à ce qui est proposé, un accompagnement du client et un devis de rénovation réalisé par des artisans compétents », met en garde Christophe Goguery. À défaut, les ventes se révèlent bien plus compliquées avec des délais extrêmement longs. Pour ce type de produits, la proximité avec Toulouse (30 mn de trajet maximum) reste essentielle. Au-delà de ce temps, la décote est importante, même pour des logements en très bon état.


Posté le 30/03/2019 par Paola Stecca

Autres articles Midi Pyrénées

Voir plus d'articles Midi Pyrénées