Marseille : Carré d’or, le prestige de Marseille

Corneille Fondjo Goka Responsable de Stéphane Plaza Immobilier Marseille 6

Un conseil : ne pas hésiter à élargir son périmètre de recherche. En s’éloignant d’à peine quelques rues, du côté du Rouet par exemple, on peut continuer à bénéficier de la qualité des écoles et des transports, avec des prix inférieurs de 20 à 30 %.

04 84 25 62 42
marseille6@stephaneplazaimmobilier.com
63, cours Pierre-Puget,
13006 Marseille

Benoît Cornillet Directeur commercial de Pradimmo

Le Carré d’or reste LA valeur sûre. En 2018, le marché y a été très soutenu. Début février, nous avons déjà signé une vingtaine de compromis, l’optimisme est donc de mise pour 2019.

04 91 77 78 79
agencepradimmo08@gmail.com
4, boulevard Émile-Sicard,
13008 Marseille

Nicolas Ballejos Directeur de Stéphane Plaza Immobilier Marseille 8

Le cachet de l’ancien ou une vue mer ont les faveurs des acquéreurs, mais le semi-récent plaît aussi, s’il possède un extérieur. Quand les critères sont remplis, ce type de logements peut se vendre en une semaine, voire en une seule visite.

09 83 99 49 55
marseille8@stephaneplazaimmobilier.com
312, rue Paradis,
13008 Marseille

Solange Dahan Gérante associée de Prado Invest

Le Carré d’or reste préservé en matière de prix, même si une légère tendance haussière est à noter. L’aura de ce secteur ne se ternit pas. Elle s’inclut dans une revalorisation générale de Marseille, qui est mise en lumière ces dernières années.

04 96 20 38 20
contact@prado-invest.com
384, avenue du Prado,
13008 Marseille

Le Carré d’or reste une valeur sûre du 8e arrondissement. Ses immeubles haussmanniens de belle facture séduisent une population croissante.

On a coutume de délimiter le Carré d’or par les « 4 P » : Paradis, Périer, et les deux parties de l’avenue du Prado. Facilement accessible – tunnel Prado-Carénage, métro, bus, tramway à venir – le quartier regorge en outre d’une superbe qualité architecturale, doublée d’une agréable vie de proximité.



À proximité de la mer

« Ce quartier chic propose de prestigieuses copropriétés, des infrastructures scolaires, notamment le réputé lycée Périer, des hôpitaux, des boutiques agréables rue Paradis, de très beaux immeubles haussmanniens… le tout à côté de la mer », détaille Corneille Fondjo Goka, responsable de l’agence Stéphane Plaza Immobilier Marseille 6. « Ce secteur résidentiel, l’un des plus beaux de Marseille, bénéficie de toutes les commodités : transports, commerces, et de nombreuses écoles de qualité, un atout pour les familles », ajoute Solange Dahan, gérante associée de Prado Invest.



Clientèle aisée

Le Carré d’or s’adresse avant tout aux familles. S’y côtoient actifs, seniors, Marseillais et nouveaux arrivants (mutations). « La population regroupe majoritairement des propriétaires, et le quartier est doté de belles habitations bourgeoises. Sa situation offre la possibilité de descendre facilement vers le littoral, pour y trouver une urbanisation plus aérée et davantage de villas », note Nicolas Ballejos, directeur de l’agence Stéphane Plaza Immobilier Marseille 8.



Demandes

Le 8e reste un quartier prisé et attractif. « Des appartements familiaux, de 120 à 200 m², sont disponibles autour de 3 000 à 4 500 euros le m². Certains biens d’exception peuvent se vendre jusqu’à 8 000 euros le m² », rend compte Benoît Cornillet, directeur commercial de Pradimmo. La réputation du secteur outrepasse la population locale. « Nous notons une recrudescence de demandes extra-régionales, notamment de la part de Parisiens qui souhaitent s’installer dans le Sud », souligne Solange Dahan.



Coeur de cible

La demande actuelle se concentre sur les vastes T3/T4. « Place Delibes, un appartement de 152 m² en très bon état, situé au 3e étage sans ascenseur, d’un magnifique immeuble bourgeois et disposant d’un large balcon, s’est vendu très rapidement, à 535 000 euros. Rue Paradis, un duplex de 145 m², en étage élevé avec ascenseur, est parti à 642 000 euros. Dans une résidence prisée, un 84 m² en bon état, en étage élevé, a été cédé à 390 000 euros. Ce type d’appartement constitue notre coeur de cible mais les studios à moins de 100 000 euros se vendent aussi très bien », commente Nicolas Ballejos.



Marché locatif

Investir dans le Carré d’or reste en effet une valeur sûre. « La demande locative est forte dans le secteur. Toutes typologies de prix existent, selon l’emplacement et le type de logements, mais il est possible de trouver un T2 à prix correct », explique Solange Dahan. « Un T2 de 52 m² avec terrasse, bien rénové et bien meublé, a été loué à 1 075 euros. Nous allons par exemple proposer un joli rez-de-jardin de 120 m², très moderne et de bon standing, doté d’un jardin de 200 m², qui se louera 2 000 euros », détaille Nicolas Ballejos.



Hôtels particuliers

Des biens d’exception existent aussi. « Le côté est de la rue Paradis, et les Hauts de Périer, hébergent de magnifiques hôtels particuliers. Plus bas, le secteur de Monticelli abrite de belles villas fin xixe, début xxe siècle, et de nombreux consulats », analyse Corneille Fondjo Goka. Un exemple récent, rue Gaston-Crémieux : « un hôtel particulier a été divisé en 2 appartements de 140 m², chacun vendu à 640 000 euros », indique Nicolas Ballejos.



Valeur sûre

La demande reste constante dans le 8e, voire en hausse dans le Carré d’or. « Une offre de programmes neufs vient progressivement concurrencer la demande dans l’ancien, et réoriente le marché vers une légère hausse », note Corneille Fondjo Goka, dont l’agence, très dynamique, vient de fêter ses 3 ans. « La force du 8e, c’est sa qualité atemporelle, stable et rassurante. On peut investir ici sans risquer de perdre d’argent à la revente. Depuis l’ouverture de notre agence dans le Carré d’or en décembre 2017, de nombreux projets de vie sont réalisés chaque mois et nous sommes très optimistes pour cette année qui démarre », conclut Nicolas Ballejos.


Posté le 30/03/2019 par Julie Bordenave

Autres articles Provence Alpes Côte d'Azur

Voir plus d'articles Provence Alpes Côte d'Azur