Yvelines : Les clés pour réussir votre achat immobilier

Vincent Templier Directeur de l’Agence principale

Pensez à la revente et donc évitez les secteurs sensibles. Dans le cas d’un investissement locatif, si vous achetez un logement déjà loué, assurezvous que le loyer soit versé régulièrement.

01 85 15 34 22
agenceprincipalemanteslajolie.com
44, rue Nationale,
78200 Mantes-la-Jolie

Lionel Moioli Directeur des agences de Saint-Cyr-l’École, Bois-d’Arcy et Montigny-le-Bretonneux du groupe Nestenn

Il est malheureusement possible de se tromper : en achetant par exemple dans un secteur sans transports ou dans un quartier qui a mauvaise presse, ou encore, dans le cas d’un investissement, d’acheter là où il n’y a pas assez de demande.

01 30 07 10 40
immobilier-st-cyr-l-ecole.nestenn.com
9, avenue Jean-Jaurès,
78210 Saint-Cyr-l’École

MGrâce à des taux d’emprunt très bas, il est aujourd’hui relativement facile de devenir propriétaire. Pour autant, un achat immobilier ne se prend jamais à la légère. Voici les conseils des experts pour réussir votre projet.

Les professionnels sont unanimes : il ne faut pas appréhender un achat immobilier comme un autre type d’acquisitions. « C’est un achat long, pour lequel Il faut réfléchir à 5-10 ans. De mauvais choix peuvent entraîner une perte financière et fragiliser un début de vie », met en garde Lionel Moioli, directeur des agences immobilières du groupe Nestenn de Saint-Cyr-l’École, Bois-d’Arcy et Montigny-le-Bretonneux.



Definir un « horizon » d’achat

D’où l’importance, avant de franchir le pas, d’analyser sa situation ainsi que son évolution professionnelle et personnelle. Il y a des questions qu’il est bon de se poser : vais-je être muté et à quel horizon ? La famille va-t-elle s’agrandir ? Selon mon âge et mon état de santé : vais-je avoir besoin d’un logement adapté ? Etc.



Les critères : budget, lieu et surface

Dans 90 % des achats, que ce soit pour une résidence principale ou un investissement, l’acquéreur se base sur trois critères : le budget, le lieu et la surface. Des conditions qui sont plus ou moins précises et négociables. « Il est bon de savoir ce qu’on veut en identifiant des critères impératifs et des critères secondaires », précise Vincent Templier, directeur de l’Agence principale de Mantes-la-Jolie. « S’assurer de son financement, de son budget réel est une étape incontournable pour laquelle il faut presque toujours passer par un banquier ou un courtier », poursuit le professionnel.



Le trio gagnant : travail, écoles, transports

En ce qui concerne la zone de prospection, cela dépend de trois facteurs : la proximité avec le travail, les écoles et les transports en commun. « Normalement, on est prêt à faire un trajet de 30 mn pour se rendre au travail, mais en région parisienne, il faut compter plutôt une heure », précise Lionel Moioli. Dans ce secteur, la surface est le critère qu’on est prêt à sacrifier le plus. Attention, mal calibrer ses besoins c’est risquer de devoir déménager plus rapidement que prévu et de perdre ainsi de l’argent !



Des visites efficaces



Investissement locatif : correspondre à la demande

Un achat à des fins d’investissement locatif présente des particularités. « L’investisseur ne regarde pas si le logement est joli, mais achète une rentabilité », explique Vincent Templier. La clé est de « bien étudier la demande. L’erreur serait de se projeter par rapport à son besoin. Il faut en identifier un secteur sur la base du bassin d’emploi, de la présence d’écoles et d’universités, des transports », détaille Lionel Moioli. Dans ce cas, les questions à se poser sont plutôt : y a-t-il beaucoup d’étudiants ? Est-ce que c’est un pied-à-terre idéal pour les actifs ? Bref, il ne faut pas se tromper de cible.



Calculer la rentabilité

Pour évaluer la rentabilité de son investissement, il faut commencer par une estimation brute. « Calculer le rapport entre le loyer annuel hors charges et le montant de l’achat, ce n’est pas le moyen le plus précis mais c’est le plus pratique pour comparer les biens », explique Lionel Moioli. L’investisseur doit aussi prévoir le coût des éventuels travaux : pour éviter qu’ils ne soient pas trop récurrents, les finitions et les équipements doivent être durables. « Pour l’investisseur, je conseille de viser le chauffage individuel : cela responsabilise le locataire », conclut le professionnel.


Posté le 28/02/2019 par Paola Stecca

Autres articles Paris : Ile de France

Voir plus d'articles Paris : Ile de France