Plateau EST de Rouen : Plateau Est de Rouen : le choix de la qualité de vie

NYohann Coudrey Responsable de l’agence Monceau Immobilier Plateau Est

Le plateau Est de Rouen offre un cadre de vie périurbain et tranquille. On y trouve des parcelles de terrain plus grandes qu’en ville et de belles maisons de tout type. Le week-end, on a le sentiment d’être à la campagne.

02 34 52 10 15
monceau.immo
1, place du Général-de-Gaulle
76240 Le Mesnil-Esnard

Le Plateau Est demeure très prisé par les familles en quête d’une maison. Ses petites villes et villages offrent un cadre de vie paisible à proximité de Rouen.

Du centre-ville de Rouen, prenez les quais puis la route de Bonsecours. En dix minutes – moins de 5 km en voiture – vous êtes en haut du plateau Est. Empruntant la route de Paris, vous traversez trois petites villes : Bonsecours, Le Mesnil- Esnard et Franqueville-Saint-Pierre. Un léger détour de 2 km du côté de la Seine et vous êtes au village de Belbeuf, entre bois et champs.



Des prix assez élevés

La commune la plus demandée est le Mesnil- Esnard. Selon les Notaires de France, d’avril 2017 à septembre 2018, les maisons anciennes y ont été vendues au prix médian de 2 290 euros le m2. « Aujourd’hui le prix moyen pour une maison dans ce secteur est de 300 000 euros », complète le professionnel. « Mais les acheteurs sont prêts à mettre 400 000 euros, voire plus, pour une maison contemporaine. Le marché se maintient, soutenu par une forte demande. » Ces montants situent le plateau Est au-dessus du prix médian pour une maison ancienne au sein de la métropole Rouen Normandie, 1 810 euros le m2 au cours de la même période.



Vers la campagne

Après Franqueville- Saint-Pierre, vous atteignez la petite ville de Boos. Le prix médian pour une maison ancienne y était récemment de 1 890 euros le m2 selon les notaires. Entre la route de Paris et la Seine, le plateau abrite ensuite plusieurs villages : Saint- Aubin-Celloville, Quévreville-la-Poterie, Ymare, Gouy et la partie haute des Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen. « Les primo-accédants se tournent davantage vers ces villages à la campagne, où les prix immobiliers sont moins élevés », remarque Yohann Coudrey.


Posté le 28/02/2019 par Luc Perin

Autres articles Haute Normandie

Voir plus d'articles Haute Normandie