Chamalières : Chamalières : une ville très prisée par une clientèle exigeante

Corinne Aumoine Responsable d’Aumoine Immobilier/AS Promotion

De la fin des années 1990 au milieu des années 2000, tout se vendait à n’importe quel prix. Actuellement, ce n’est plus du tout le cas. Les gens n’achètent plus sur un coup de tête.

04 73 37 63 77
aumoine-immobilier.com
48, avenue de Royat,
63400 Chamalières

Dans cette commune, la clientèle profite d’une offre immobilière qualitative, aussi bien dans l’ancien que dans le neuf. Une offre récemment renouvelée qui répond à des exigences rigoureuses.

« Chamalières bénéficie actuellement d’un renouvellement de sa population. Cette ville très prisée voit aujourd’hui son parc immobilier évoluer, ce qui ne manque pas de susciter d’autant plus l’intérêt des futurs acquéreurs », constate Corinne Aumoine, responsable du groupe Aumoine Immobilier/AS Promotion.



Programmes neufs

À Chamalières, il existe désormais une véritable offre en immobilier neuf, de nombreux promoteurs ayant proposé ou proposant des résidences de qualité, plutôt bien situées. « Cette offre a bénéficié et bénéficie encore soit à des propriétaires occupants, soit à des bailleurs », explique Corinne Aumoine. Dès lors, le parc locatif, qui était un peu ancien, s’est renouvelé, les loyers restant au tarif du marché, car souvent plafonnés dans le cadre de la loi Pinel.



L’ancien toujours apprécié

Chamalières reste une ville dotée d’un patrimoine ancien exceptionnel très apprécié. La demande est très forte dans l’hyper-centre, notamment recherché par des seniors en quête d’appartements qui permettent de tout faire à pied. Dans ce quartier, les familles sont très friandes des maisons des années 1930, biens rares qui restent peu longtemps sur le marché.



Avenue Thermale

Les Hauts de Chamalières sont aussi en vogue. On y trouve des résidences cotées ainsi que des maisons des années 1990 à des budgets relativement accessibles, et en tout cas moins élevés que ceux pratiqués sur l’avenue Thermale. « Ces 6 derniers mois, un grand nombre de transactions ont été réalisées dans cette avenue. Les achats concernent des maisons des années 1950-1970, souvent dans leur jus, mises sur le marché entre 450 000 et 650 000 euros, selon la superficie. Elles intéressent des familles de quadras, des cadres ou des chefs d’entreprise », observe la professionnelle.



Une demande exigeante

La clientèle attirée par la ville de Chamalières a ses exigences. « La crise est passée par là, comme partout ailleurs. Les gens achètent de façon réfléchie. Ils raisonnent en termes d’emplacement, de qualité du bâti, de charges et négocient. » Résultat : « Certains biens ne trouveront jamais preneurs, même s’ils sont à prix très bas. »


Posté le 28/02/2019 par Corinne Chesne

Autres articles Auvergne

Voir plus d'articles Auvergne