Yvelines : Yvelines : un marché toujours dynamique

Gyslain Gomez Directeur de Laforêt Maurepas

2019 ne s’annonce pas très différente de 2018. Nous attendons, certes, l’évolution de la crise sociale et l’impact psychologique du prélèvement à la source, qui pourraient avoir un effet néfaste sur le marché immobilier

01 30 69 73 73
maurepas@laforet.com
5, allée du Bourbonnais,
78310 Maurepas

Bruno Malard’hié Directeur de Laforêt Plaisir

C’est le moment idéal pour acheter car les taux sont encore très faibles. Sur des prêts à courte durée, on peut obtenir des taux à moins de 1 %. Il est donc plus intéressant d’acheter que de louer.

01 30 55 81 82
plaisir@laforet.com
15, rue de la République,
78370 Plaisir

Que retenir de l’année qui vient de s’achever ? Que nous réserve 2019 ? Cap à l’ouest de Versailles, où 2018 a encore battu des records en termes de ventes.

Difficile d’imaginer que l’année 2018 ait pu rivaliser avec les records enregistrés en 2017. Et pourtant, l’année qui vient de s’achever s’est révélée aussi exceptionnelle en termes de transactions que la précédente. « Pour notre agence, contre toute attente, 2018 a été du même cru que 2017 », assure Bruno Malard’hié, directeur de Laforêt Plaisir, agence présente depuis 1992 et spécialisée dans la transaction, la location et la gestion locative.



Pénurie de maisons

Dans cette ville de 18 000 habitants à une quarantaine de kilomètres de Paris, « le marché a été tendu avec de moins en moins de biens à la vente, notamment peu de maisons », selon ce professionnel. Même constat dans la commune voisine de Plaisir où la demande reste forte pour ce type de produit. « L’offre s’est réduite à partir de l’été 2018. Maintenant, le marché change un peu avec un stock qui revient à un niveau normal », explique Bruno Malard’hié. À Plaisir, les prix pour ce type de produit ont subi une hausse d’environ 3 à 4 % qui reflète celle enregistrée au niveau national (+ 4,3 % selon la Fnaim).



Prix en baisse pour les appartements anciens

Si les maisons se sont faites rares, en revanche, l’offre d’appartements dans l’ancien a été importante. À Plaisir notamment, ce produit se trouve face à une nouvelle concurrence. « Beaucoup de programmes neufs ont été réalisés dans notre commune. De plus en plus sensibles au montant des charges et aux économies d’energie, les acquéreurs se tournent vers ce type de logements », explique Bruno Malard’hié. En conséquence, « pour les appartements anciens dans des résidences des années 1970 pas encore rénovées, les prix en 2018 ont eu tendance à baisser ». À titre d’exemple, un appartement de 60 m² dans une résidence de cette époque en très bon état s’est récemment vendu à 169 000 euros.



Des achats très réfléchis

2018 a été aussi marqué par des achats globalement prudents, comme l’explique le directeur de Laforêt Plaisir. « Nous avons assisté à moins d’acquisitions “coup de coeur”. Avec un pouvoir d’achat qui s’affaiblit, les acheteurs sont très réalistes et très attentifs au coût global du produit. Ils se documentent sur l’ensemble des frais d’acquisition, les coûts énergétiques, les impôts locaux, la taxe foncière, les travaux à venir et le volume des charges. » Ce dernier notamment, est devenu un critère très important dans le choix d’un appartement.



Que nous réserve 2019 ?

Pour les deux directeurs d’agence il n’y a pas d’éléments nouveaux sur le secteur qui pourraient venir bouleverser le marché. Pas de raisons donc que 2019 soit moins dynamique. « Nous avons atteint la fourchette haute au niveau des prix, ils ne devraient pas trop augmenter », avance Bruno Malard’hié. Les regards se tournent vers les facteurs qui pourraient modifier la situation, comme l’augmentation des taux d’emprunt, très probable, selon les deux professionnels.


Posté le 28/01/2019 par Paola Stecca

Autres articles Paris : Ile de France

Voir plus d'articles Paris : Ile de France