Haut-Rhin : Un large choix dans le neuf et l’ancien autour de Saint-Louis

Julien Richard Spécialiste des transactions chez Immobilière Duchesne

Au Neuweg, quartier résidentiel ludovicien, une maison des années 1970 de 200 m² avec 8 ares de terrain et une piscine s’est vendue en 15 jours 493 000 euros, sans négociation.

06 47 89 15 06
info@immo-duchesne.com
27, avenue de Bâle,
68300 Saint-Louis

David Zimmermann Gérant de l’agence IDZ

Les clients sont prêts à dépenser mais sont très regardants. En dépit de la dynamique générale, nous sommes encore sur un marché d’acheteurs.

03 89 89 47 00
78 A, rue de Saint-Louis,
78 A, rue de Saint-Louis,
68220 Hésingue

Nicolas Weber Directeur des opérations chez GIPA Immobilier

Nous dispensons aux seniors des conseils spécialisés en aménagement. Pour les personnes qui anticipent une situation de dépendance, c’est rassurant.

03 89 69 97 93
n.weber@gipa-immobilier.fr
13, rue de Huningue,
68300 Saint-Louis

Les logements neufs abondent autour de Saint-Louis, offrant un large éventail de possibilités aux acheteurs, primo-accédants, investisseurs confirmés ou seniors en quête de confort. Dans l’ancien, les maisons, très demandées, se font rares.

À Saint-Louis, le rythme ne faiblit pas. Grâce à la locomotive helvétique, les constructions vont bon train. « La courbe est toujours ascendante et la dynamique très bonne », atteste David Zimmermann, responsable d’IDZ Promotion à Hésingue.



Moins d’acteurs sur le marché

Nicolas Weber, historiquement présent à Strasbourg avec Gipa Immobilier, a choisi de s’implanter dans le Haut-Rhin en 2018, où le marché est moins tendu, avec des programmes neufs uniquement. « Nous avons plus de facilités à réaliser des opérations de promotion ici, il y a moins d’acteurs et le pouvoir d’achat des frontaliers fait la différence », signale l’expert, qui compte aussi sur la poursuite du dispositif Pinel pour soutenir son activité.



Effet de concentration

« Avec la disparition du Pinel en zone B2, il y aura probablement un effet de concentration supplémentaire sur Saint-Louis », où les opportunités de défiscaliser sont déjà très nombreuses, anticipe David Zimmermann. La ville reste en effet éligible au Pinel en zone B1, tout comme Huningue et Mulhouse.



Investisseurs confirmés

GIPA y commercialise des appartements de standing, T2 et T3 de 45 à 69 m², dans un immeuble entièrement rénové, requalifié en neuf, avec façades boisées, trouvant facilement preneur parmi les investisseurs confirmés.



Seniors

« Mais notre coeur de cible, ce sont les seniors », confie Nicolas Weber, soutenu par la ville, désireuse de ramener vers le centre une population plus âgée. « Portes blindées, WC suspendus, parquet chauffant, nos biens ont été pensés pour séduire cette clientèle. La majorité de nos acquéreurs ont plus de 60 ans, c’est un pari réussi », se félicite l’agent.



Biens d’exception

Au centre, les biens atypiques sont naturellement convoités. Rue de Bâle, IDZ a vendu un attique de 140 m², avec 60 m² de terrasse, parking et prestations haut de gamme, à plus de 500 000 euros. Sur ce programme, les derniers lots proposés sont partis en 15 jours, profitant à des actifs ou des retraités aisés.



Première couronne

En périphérie proche, « la clientèle change, cherchant davantage l’esprit village », note l’expert, qui propose, à Hésingue, Village Neuf ou Hégenheim, des petits programmes plus confidentiels – appartements ou maisons jumelées – autour de 3 600 euros le m².



Petits lots, toutes commodités

« Hors de Saint-Louis, il faut tout de suite proposer des logements avec jardins ou grands balcons. Pour le même prix, certains travailleurs frontaliers privilégient les produits de qualité plus au vert », confirme Nicolas Weber. À Blotzheim, GIPA a construit deux lots de 14 appartements dans un univers dédié aux primo-accédants, avec une aire de jeu clôturée, des espaces arborés et des logements plus grands que la moyenne, jusqu’à 90 m² pour un T4.



Deuxième couronne

« Il y a aussi un engouement pour des localités plus rurales en deuxième couronne, comme Hagenthal », remarque David Zimmermann. Là, l’are se négocie entre 23 000 et 24 000 euros « contre 27 000 à 28 000 euros pour Hésingue, sur un terrain comparable. C’est 5 000 euros de plus qu’il y a 3 ou 4 ans », souligne l’agent, en recherche active sur ce marché.



Maisons rénovées

Face au neuf, l’ancien reste très dynamique sur la zone frontalière. « La demande concernant les maisons est en forte augmentation », témoigne Julien Richard, spécialiste de la transaction chez Immobilière Duchesne. Toutefois, « l’offre diminue sensiblement et les prix augmentent, suivant l’inflation du neuf ».



Budget moyen

« Le budget de recherche moyen pour un logement de 120 m² avec 3 chambres et un minimum de 5 ares de terrain oscille entre 300 000 et 350 000 euros », estime Julien Richard. À Hégenheim, une maison des années 1960- 1970 de 120 m² très bien entretenue, avec 800 m² de terrain, a trouvé preneur pour 350 000 euros.



Marché locatif

« La population d’investisseurs en quête d’appartements à petit prix, pour le marché locatif, est en hausse », observe par ailleurs Julien Richard. Ce sont des biens rares et chers, qui se vendent dans la journée. « Une fois rénové, le logement est concurrentiel par rapport au neuf. C’est une bonne opération », précise-t-il.


Posté le 28/01/2019 par Clarisse Bargain

Autres articles Alsace

Voir plus d'articles Alsace