Angers : Une forte demande sur les appartements à Angers

Guillaume Rousseau Gérant de l’agence Alain Rousseau Immobilier

à Angers, le marché immobilier est très sain. Malgré la pénurie de biens, il n’y a pas d’inflation sur les prix car les acquéreurs connaissent bien le contexte. Ce n’est pas un marché spéculatif.

02 41 24 13 70
alain-rousseau.com
10, boulevard Henri-Arnauld,
49100 Angers

Studio, T1, T2, T3 ou grandes surfaces... à Angers, l’offre d’appartements à vendre peine à contenter les demandes d’acquéreurs aux profils variés.

Tous les profils d’acquéreurs recherchent un appartement dans le centre-ville d’Angers ! Ou presque... « En province, les familles, quand elles en ont la possibilité, préfèrent généralement les maisons », remarque Guillaume Rousseau, gérant de l’agence Alain Rousseau Immobilier.



Grandes surfaces

Les appartements avec de grandes surfaces, de 80 à 120 m², sont loin d’être délaissés par les acquéreurs : ils sont prisés par les seniors soucieux d’un cadre de vie confortable en centre-ville. à l’image de ce T4 de 106 m² sis dans une résidence des années 2000 à Saint-Serge, avec ascenseur, balcon et double garage, vendu 315 000 euros net vendeur par l’agence Alain Rousseau Immobilier.



Studios

à l’inverse, les petites surfaces, jusqu’au T2, sont dans le viseur des investisseurs, encouragés par les taux bas et par le boom étudiant à Angers. Un 31 m² avec parking, à proximité de la place Lafayette, a ainsi très rapidement trouvé preneur à 73 000 euros. « La croissance du nombre d’étudiants à Angers ces trois dernières années et la faible quantité de logements neufs construits récemment ont créés une tension sur le marché immobilier angevin de l’appartement », analyse Guillaume Rousseau.



Pénurie

Cette saturation n’arrange en rien la pénurie générale, qui s’est installée sur tous les types de logements à Angers. Le marché angevin manque ainsi également de T3 pour contenter les demandes des seniors et des jeunes couples.



Compromis

Les acquére u r s persévérants pourront toutefois trouver leur bonheur en faisant quelques compromis. Ainsi, un 69 m² situé au coeur de la Doutre avec ascenseur, garage et balcon s’est récemment vendu 155 000 euros net vendeur. « Mais toute la décoration était à refaire. Il fallait compter 300 à 400 euros du m² à rajouter en sus pour les travaux », explique Guillaume Rousseau.



Biens au prix

De manière générale, mieux vaut être réactif et ne pas espérer une marge de négociation importante lorsque le bien est au prix du marché. « On n’a jamais autant vendu d’appartements au prix demandé », conclut le professionnel.


Posté le 28/01/2019 par Lucie Tavernier

Autres articles Pays De La Loire

Voir plus d'articles Pays De La Loire