Le Havre : Le Havre : le marché reste porteur

Frédéric Cleron Directeur de l’agence Mc Immobilier

Nous manquons aujourd’hui de biens à vendre dans les secteurs clés. Mais c’est aussi l’époque qui veut cela avec la rentrée qui vient de s’achever.

02 35 44 15 95 /
lagence-mcimmo.fr
22, rue Fontenelle
76600 Le Havre

La dynamique du marché immobilier havrais semble perdurer. Prix modérés et taux d’intérêt faibles attirent de plus en plus d’acheteurs sur la commune.

S’il se développe progressivement, le marché de la résidence secondaire demeure encore timide au Havre et dans son agglomération. « Notre clientèle recherche à plus de 90% une résidence principale », confirme Frédéric Cleron, directeur de l’agence MC Immobilier au Havre. Seule une petite minorité de ses clients recherche un pied à terre dans la métropole maritime. Située à seulement 2 h 30 de route de la capitale, les Parisiens restent très friands de la destination. Ces derniers vont privilégier un bien le plus proche possible de la mer ou un appartement en centre-ville. Récemment, MC Immobilier a vendu un petit appartement de 32 m² face à la mer, à un couple de Parisiens, pour un montant de 85000 euros. Un autre appartement en front de mer plus spacieux (110 m²) s’est, lui, négocié à 490000 euros.



Le centre-ville toujours très prisé

Le gros de la demande reste donc la résidence principale. Et ce sont les appartements de cœur de ville avec ascenseur et balcon et ceux avec vue sur mer qui concentrent le plus de sollicitations. Au niveau des maisons, l’engouement se dirige vers Sanvic ou encore Sainte-Adresse et les Gobelins, où les belles maisons entre 350000 et 550000 euros intéressent nombre d’acheteurs. « Mais ces types de biens sont rares », constate Frédéric Cleron qui ajoute que, pour l’heure, son agence manque d’offre par rapport à la forte demande.



Une maison au calme

Les zones offrant un « esprit village » au calme séduisent donc de plus en plus les futurs acquéreurs. Octeville-sur-Mer, Montivilliers, Sanvic ou encore Sainte-Adresse restent particulièrement appréciées car elles concentrent de nombreux atouts. Écoles, commerces, infrastructures et proximité du centre-ville constituent des critères prisés par les familles notamment. « À Sanvic, les biens restent assez hétéroclites. On peut trouver de jolies maisons avec jardin et bien placées », confirme Frédéric Cleron.



La baisse touche à sa fin

Au niveau des prix, les professionnels s’accordent à dire que la baisse touche à sa fin après quelques années de repli. Pour un appartement du centre-ville, la moyenne se situe autour de 2000 euros le m². En ce qui concerne les maisons, il apparaît difficile d’établir une moyenne tant l’état du bien, son emplacement ou encore son exposition jouent comme variable d’ajustement. À titre d’illustration, pour une maison d’environ 100 m² à Sainte-Adresse, il faut débourser actuellement entre 270000 et 320000 euros. Le même bien situé à Sanvic se traitera dans une fourchette comprise 170000 et 220000 euros.



Les primo-accédants reviennent en masse

Phénomène plutôt récent, la faiblesse persistante des taux d’intérêt a permis de faire venir en nombre les primo-accédants sur la commune. « Les jeunes s’aperçoivent que pour un loyer mensuel de 600 euros par exemple, ils peuvent accéder à la propriété pour le même montant », souligne Frédéric Cleron. Selon le spécialiste, l’enveloppe moyenne pour une première acquisition varie entre 150000 et 200000 euros. Pour ce premier achat, les acquéreurs se tourneront facilement vers les secteurs les plus abordables tels que Sainte-Anne, Sanvic, Saint-François ou encore le quai de Southampton.



Les seniors investissent le centre-ville

Une autre part importante de la clientèle est constituée par les seniors qui souhaitent trouver un nouvel habitat plus adapté à leur situation. Souvent propriétaires de maison devenue trop spacieuse, ces personnes ont à cœur de revenir en centre-ville afin de se rapprocher de toutes les commodités. Les appartements avec ascenseurs figurent en tête de liste des biens les plus courus par ce type de population.



Retour des investisseurs

Enfin, les investisseurs recommencent à s’intéresser au Havre. Taux d’intérêt faible et prix modérés font que les bonnes affaires fleurissent dans la commune. « Nos investisseurs cherchent à être le plus proches possible de la mer. Ils attendent une rentabilité a minima de 7 à 8% », conclut Frédéric Cleron.


Posté le 04/10/2017 par Laurence Vallet

Autres articles Haute Normandie

Voir plus d'articles Haute Normandie