Oise : La campagne à deux pas

À 30 km de Paris, l'Oise est le département non francilien le plus proche de la capitale. Bien desservi par quatre lignes de RER et de train, les acquéreurs profitent ainsi d'un cadre verdoyant, pas trop loin de leur travail.

Compiègne, à seulement quarante-cinq minutes en train de la capitale.

Compiègne fait partie de ces communes sur laquelle les Franciliens ont porté leur dévolu, lassés des prix élevés de la couronne parisienne. Ils sont certains d'obtenir, ici, un logement plus spacieux et avec un bel extérieur. Moins célèbre que Chantilly ou Senlis, la ville n'en est pas moins un magnifique bastion historique où les rois de France se sont longtemps retrouvés. Le palais impérial, l'hôtel de ville témoignent de ce riche passé et font la fierté de Compiègne. Sa forêt de 15 hectares n'est pas en reste et donne à cette cité de 40 000 habitants, un air de campagne. Calme et tranquillité sont les maîtres mots d'une commune parfaite pour élever des enfants. Compiègne s'agrandit. Deux nouveaux quartiers vont sortir de terre : la ZAC des deux rives, où il fera bon flâner au bord de l'Oise, et celle du camp des Sablons, entre ville et forêt, où la mairie a prévu de construire plus de 500 logements. Néanmoins, les prix ont baissé avec un effet positif sur les possibilités des primo-accédants qui reviennent dans Compiègne intra-muros. « Le budget moyen des primo-accédants de 200 000 euros, est en légère hausse, ce qui leur permet d'acheter des 3 pièces, voire une petite maison de ville, avec travaux, explique Fatima Abbad, de Stéphane Plazza Immobilier. Les maisons entre 200 000 et 300 000 euros sont, d'ailleurs, le bien le plus demandé. Si l'on en avait davantage en vente, elles partiraient tout autant. » Les investisseurs qui font du rendement locatif, eux, se positionnent sur des appartements de standing déjà occupés dans des copropriétés de moins de 15 ans, sans travaux. Enfin, ici, aussi, « les taux avantageux donnent l'envie d'être propriétaire, on arrive même à convaincre les locataires qu'il est plus rentable d'acheter », conclut notre experte.



Margny-Lès-Compiègne, avantage transports.

Voisine de Compiègne, cette commune est pourtant 20 % moins chère. Ici la préférence est nettement à la maison, selon Olimpia Verissimo, de Top Immo : « Les copropriétés vieillissantes, aux charges trop lourdes, sont délaissées. » Les acheteurs, au budget de 200 000 euros, peuvent se procurer une maison correcte de 100 m², mais parfois devront en passer par les travaux. La construction, elle, ne se conçoit qu'en lotissement tant les contraintes sont élevées. « Margny et tous les villages alentour sont très protégés, y bâtir une maison coûte environ 20 % plus cher, cela décourage les acheteurs », explique Olimpia Verissimo. Cette situation favorise la location et les investisseurs sont à la recherche de biens proches des écoles et de la gare.



Beauvais, un parc de logements collectifs familiaux.

La grande ville de l'Oise, 55 000 habitants, doit son dynamisme économique à ses activités tertiaires et à son aéroport, gros bassin d'emplois. Selon Sébastien Pain, d'Orpi Beauvais, « Les appartements anciens nécessitent beaucoup de travaux et sont fortement concurrencés par la construction neuve. Cependant, les primo-accédants au budget inférieur à 200 000 euros se tournent vers l'ancien. D'autant qu'ils peuvent aussi trouver de petites maisons à 150 000-170 000 euros. » Si les primo-accédants, favorisés par les aides publiques reviennent, c'est encore un peu timide, car « le marché reste un peu élevé, les vendeurs ne s'adaptent pas toujours », conclut-il.



Grandvilliers, charme rural.

Pour ceux qui préfèrent la vie de village, Grandvilliers, 3 000 habitants, au nord de Beauvais, est parfaite. Dans ce secteur, entre maisons à colombages, semi-récentes ou neuves, l'offre est variée et les prix vont de 130 000 à 170 000 euros. « Pour faire construire, les prix des terrains vont de 60 000 à 120 000 euros la parcelle de 2 000 m², mais il faut savoir qu'un terrain de 2 000 m² ne signifie pas que l'intégralité du terrain est constructible, c'est un détail que les vendeurs ont parfois du mal à comprendre. La restructuration a limité les constructions », souligne Anita Blondel, de JJP Immo.



Ham, le plan B.

Ham, dans la Somme, constitue, souvent, un marché de report. Cependant, on note un regain d'intérêt pour ce secteur, comme le constate Christophe Delsart, de Côté Particuliers. « Les primo-accédants recherchent des maisons à 100 000 euros, plutôt que faire construire, car les nouvelles normes ont augmenté le prix de la construction. La baisse des taux profite aux acquéreurs qui doivent se faire financer. C'est le moment idéal pour acquérir sa résidence principale. »



Chiffres clés.

?Prix médian d'une maison ancienne
Oise170 000 €
Compiègne250 000 €
Margny-lès-Compiègne202 500 €
Beauvais170 000 €
Source : Notaires de France - base de données Perval, mai 2016



Merci à nos experts locaux.

Fatima Abbad
Stéphane Plaza Immo, Compiègne
Stéphane Plaza Immobilier
Tél. : 03 44 43 01 01
stephaneplazaimmobilier.com


Olimpia Verissimo
Top Immo, Margny-lès-Compiègne
Top Immo
Tél. : 03 44 83 04 05
www.topimmo60.fr


Sébastien Pain
Orpi agence normande, Beauvais
Orpi
Tél. : 03 44 48 69 66
www.orpi.com/agencenormande


Anita Blondel
JJP Immobilier, Grandvilliers
JJP Immo
Tél. : 03 44 46 35 35
www.jjp-immo.com


Christophe Delsart
Côté particuliers, Ham
Côté particuliers
Tél. : 03 22 78 37 11
m.coteparticuliers.com


Posté le 21/11/2016 par CORALIE LE VAN VAN

Autres articles Picardie

Voir plus d'articles Picardie