PAU : ENTRE VILLE ET CAMPAGNE

2 610

C'est, en euros et au m², le prix bas d'un appartement neuf, à Pau.

Notaires de France-Perval, mars 2015

Adossé au boulevard des Pyrénées, le funiculaire, véritable institution locale, relie la gare et la place Royale. Au pied des Pyrénées, la capitale du Béarn jouit d'une excellente qualité de vie. Aux communes riveraines, dont l'immobilier s'accorde à tous les budgets, s'ajoute un coeur de ville en début de reconquête.

Tendances.

À l'extrême sud-ouest de la France, Pau n'est pas dans l'oeil du cyclone immobilier, même si la présence de quelques sociétés leaders entretient un marché structurellement dynamique. Que serait en effet la ville sans Total, Turbomeca, le groupe APR et l'armée ? Ces quatre employeurs fixent en effet des actifs locaux et donnent envie de s'installer à des cadres à hauts revenus.

Tous profitent d'une ville à taille humaine (200 000 habitants dans l'agglomération), plutôt gastronome, sportive, festive, et situé à une heure de route de la côte basque et des Pyrénées. On a vu pire environnement, d'autant que Pau est desservie par les autoroutes A64 Toulouse-Bayonne, A65 Pau-Langon, et par l'avion (liaisons vers Paris, Lyon, Marseille). Dans ce « paysage » favorable, la conjoncture économique impacte l'activité des agences. Il semblerait malgré tout qu'une embellie se dessine. Le croisement de la baisse des prix et des taux d'intérêt bas avec une envie d'achat réveillée a en effet ravivé le marché depuis le début de l'année. La typologie sociale des quartiers et des communes riveraines reste cependant la même.

Les hauts revenus privilégient les bourgs résidentiels « chics » d'Idron et de Bizanos, où il faut compter 400 000 euros minimum pour devenir propriétaire. Les amateurs (plus aisés) de vieilles pierres se fixeront à Trespoey, quartier historique à maisons nobles où les transactions, souvent au delà de 600 000 euros, sont rares. À Lescar, Gelos, Billière, les maisons se négocient dès 210 000 euros. Plus loin, comme à Soumoulou, les prix démarrent à 180 000 euros. Si le boulevard des Pyrénées constitue la vitrine immobilière et touristique de Pau, avec sa vue sur les montagnes, le reste manque de cohésion, au point d'en avoir détourné des acheteurs potentiels. Résultat, un quart des logements, souvent vétustes, est vacant. Aujourd'hui, la demande porte principalement sur des appartements rénovés, en résidence principale, et des T1-T2 pour de l'investissement locatif.



Le coeur à la fête.

Savoir que l'on va habiter une ville culturelle et festive ne peut pas nuire. Cela peut même infléchir une décision d'achat ! Si Pau vit à l'année au rythme d'événements, la belle saison est le temps des grands rassemblements. « L'été à Pau », animations musicales, draine des pointures de la chanson : Higelin, Thomas Dutronc, I Muvrini... Hestiv'Òc », en août, réunit des milliers de festivaliers et célèbre les musiques et les cultures du sud : spectacles de rue, fanfares et producteurs locaux sont à l'honneur... De juillet à septembre, « Un été au ciné » propose un vingtaine de films diffusés à la belle étoile par le cinéma Le Méliès. L'automne est le rendez-vous du festival « Accès », dédié aux cultures électroniques : arts plastiques, vidéo, musique et spectacle vivant sont au programme. En octobre, Pau accueille « Un Aller-Retour dans le noir », une manifestation dédiée à la littérature policière. Une programmation riche, éclectique, propre à satisfaire tous les publics !


Posté le 05/10/2015 par PHILIPPE BOURGET

Autres articles Aquitaine

Voir plus d'articles Aquitaine