QUIMPER : AJUSTER POUR MIEUX REBONDIR

Quimper, préfecture du Finistère, abrite en son coeur historique de beaux immeubles anciens.

État des lieux.

La demande reste forte à Quimper, les acheteurs ont l'embarras du choix et un bien même légèrement surestimé sera immédiatement boudé. Christophe Guéguen, directeur de l'agence Terre d'immo, résume la carte des prix : « L'hypercentre se maintient en fourchette haute au-delà de 2 000 euros/m². Le neuf, qui se négocie aux environs de 3 000 euros/m², se vend bien grâce aux atouts que sont la présence de garage, jardin, et des économies d'énergie proposées. Enfin, l'ancien avoisine 1 500 euros/m² sur le péricentre. » La préfecture du Finistère abrite en son coeur historique de beaux immeubles anciens. Peu de biens s'y affichent à la vente et ce micromarché, très demandé, capte une clientèle dotée de beaux budgets.
De très beaux appartements pourront atteindre des prix compris entre 600 000 et 700 000 euros. Sorti de l'hypercentre, les opportunités sont là. À l'ouest de la ville, c'est une maison années 1930 relookée, de 90 m², qui vient de trouver preneur à 149 000 euros FAI. Avec un budget inférieur à 160 000 euros, on trouve des petites demeures mitoyennes à rafraîchir à Kerfeunteun.
Ce quartier, comme Locmaria, fait toujours le plein. Proches du centre, ils offrent commerces et écoles rassemblés sur un périmètre réduit, les biens disposent souvent de garage ou jardin. Idem pour Frugy : une maison de 1964, à rénover complètement, s'est négociée récemment à 129 000 euros. Providence, dernier bastion central à réhabiliter, a repris une légère cotation grâce à un vaste chantier de rénovation urbaine. L'ouverture de Cinéville, les espaces verts, l'inauguration du parc de la Providence en décembre dernier, marquent sa transformation. Près du centre et de la rocade nord, il permet une rapide sortie de ville. Galerie commerçante et futur centre des Congrès - annoncé pour 2014 - parachèvent le tout. On y trouve toujours nombre de maisons des années 1930-à 1950, avec charme et volumes généreux.

Pierre Le Berre, vice-président de Quimper Communauté, chargé du logement, de l'habitat et du foncier.

© Droits réservés

Grâce au Programme local d'habitat, nous avons mis en place des outils pour maintenir en place la population, favoriser l'accession à la propriété. La construction concerne sept cents logements neufs par an sur les huit communes. D'autre part, nous favorisons l'accession sociale à la propriété grâce au prêt à taux zéro destiné à l'achat d'un terrain pour faire construire. Un autre levier est la réhabilitation de l'ancien. "Ma première pierre" est une aide financière permettant d'acheter et de rénover un logement ancien. Cela fonctionne bien et nous avons une trentaine de dossiers cette année. Ce dispositif évite de consommer de l'espace et redensifie les centres-bourgs. Quimper dépasse aujourd'hui l'obligation de 20 % de logements sociaux de la loi SRU. J'estime cependant que ce dispositif devrait être adapté à la diversité des territoires régionaux.

Posté le 11/07/2013 par CATHERINE COUSTY-ABBADIE

Autres articles Bretagne

Voir plus d'articles Bretagne