Var : Vallée du Gapeau: un vrai pouvoir attractif

La vallée du Gapeau offre une situation et un cadre de vie très enviables, avec des prix abor-dables pour la région. Des atouts qui attirent bon nombre d’acquéreurs au profil varié.



La vallée du Gapeau a tout pour elle : « Nous sommes sur un secteur campagne. La vallée est située à équidistance de Tou-lon et de Hyères, qui sont à 20 min. On est à 10 min du centre commercial Grand Var et de la zone artisanale. Et nous sommes à proximité de la gare, de l’aéroport et de la mer. », explique Olivier Serre, res-ponsable d’Immo-Center. « Tout est réuni pour attirer les gens qui, de plus en plus, recherchent un cadre de vie agréable et confortable », confirme Marie-Ange Sapet, responsable d’Ange Immobilier.



Solliès-Pont, ville moteur

« Le secteur a connu une certaine évolution, notamment certaines communes comme Solliès-Pont. Cette ville prend une nouvelle tournure depuis quelques années et offre un cadre de vie très agréable et des activités cultu-relles tout au long de l’année », explique Albert Mamou, responsable du promoteur AM Immobilier.



Programmes neufs

D’après AM Immobi-lier, une nouvelle clientèle d’acquéreurs a vu le jour, notamment des Solliès-Pontois désireux de rester dans leur commune et très intéressés par des logements neufs, produits qui venaient à manquer dans le coin. « Notre programme Les Jardins de So, qui s’inscrit dans le prolongement du centre-ville, correspond à cette demande. Y sont proposés 70 logements, du T2 au T4 en duplex et en rez-de-jardin spacieux. », précise Albert Mamou;



Un marché qui se porte bien

« Dans la vallée du Gapeau, le marché immobilier est accessible, avec une tendance à la baisse voire à la stabilisation des prix », affirme Cédric De Gaetano, responsable de l’agence JCG Immobilier. « La crise a mon-tré aux propriétaires que les prix étaient trop élevés. On a donc connu une baisse sur l’existant, d’autant que les prix dans le neuf étaient, et restent, intéressants. »



Une clientèle variée

La vallée du Gapeau attire des acquéreurs de tout bord, de la région et d’ailleurs : « La population du Var a connu une augmentation et notamment dans ce secteur. En plus des locaux, nous accueillons des habitants de la région parisienne qui viennent s’installer ainsi que beaucoup de marins. Notre clien-tèle principale reste les primo-accédants qui se tournent plus volontiers vers des maisons neuves ou des terrains à bâtir », explique Olivier Serre.



La Farlède

« Notre clientèle est es-sentiellement composée de familles qui cherchent une maison en premier achat, mais aussi de personnes désirant acquérir un bien haut de gamme », note Marie-Ange Sapet. D’après elle, les investisseurs sont également présents, notamment sur La Farlède, où l’offre en appartements est la plus conséquente.



Le neuf fait recette

À la vallée du Gapeau, « la majorité des clients se tournent vers des petites maisons en lotissement, avec des prix allant jusqu’à 300000 euros », af-firme Cédric De Gaetano. Ils préfèrent en effet acquérir ce type de biens plutôt que l’équivalent en appartement en ville. Le but de ces accédants à la propriété : « Avant tout, ne pas trop s’éloigner de la ville dans laquelle ils exercent souvent leur métier, mais le faire suffisamment pour bénéficier de prix attractifs. Si l’on raisonne en termes d’immobilier neuf, le prix est une chose, mais il y a aussi la question du financement. Le prix de revient est plus intéressant dans le neuf pour ceux qui bénéficient du prêt à taux zéro (PTZ). », analyse Cédric De Gaetano.



PTZ

En effet, comme le confirme Oli-vier Serre, « dans le neuf, un bien de 230000 euros qui peut être financé grâce au PTZ permet d’alléger fortement les men-sualités. De plus, le propriétaire bénéficie des dernières normes en vigueur et fait des économies d’énergie. » Ces dispositifs ont également fait grimper la vente de terrains et « le nombre de constructions neuves, notamment depuis le déblocage de certains programmes », explique Marie-Ange Sapet.



L’ancien reprend

Si, d’après Olivier Serre, « les prix des appartements anciens et des maisons de village ont chuté », Cédric De Gaetano ajoute : « Ce type de biens a tendance, depuis l’an dernier, à être de nouveau convoités. Cela concerne les personnes qui n’ont pas envie de faire construire et celles qui ne peuvent pas bé-néficier du PTZ. Si l’on raisonne en termes de budget, une maison de village revient à 160000-190000 euros, un appartement dans l’ancien à 170000-200000 euros, alors qu’une maison neuve se situe entre 200000 et 280000 euros ».


Posté le 14/12/2017 par Corinne Chesne

Autres articles Provence Alpes Côte d'Azur

Voir plus d'articles Provence Alpes Côte d'Azur