bien vivre en centre-ville : Le centre-ville est recherché à Plaisir et aux Clayes-sous-Bois

Dans la plaine de Versailles, les cœurs de ville de Plaisir et des Clayes-sous-Bois tirent leur épingle du jeu. Ces secteurs bénéficient de l’attrait des commodités mais aussi du charme de l’ancien.

Vivre dans un écrin naturel privilégié à une trentaine de minutes de Paris, c’est bien. Mais bénéficier en outre de toutes les commodités à pied, c’est mieux. C’est dans cet état d’esprit que les candidats à l’acquisition à Plaisir et dans les communes avoisinantes optent souvent pour le centre-ville, plus coté que la périphérie grâce à des atouts biens identifiés.



Diversité de biens

Parmi les raisons qui expliquent l’attractivité du cœur de ville de Plaisir, on peut notamment citer la qualité du parc de logements. « Dans le centre de Plaisir, on trouve des maisons des années 1900, voire 1800, deux résidences des années 1970 aux qualités reconnues et un lotissement de pavillons mitoyens en R+1 », indique Eric Epaillard, directeur de l’agence Era à Plaisir.



Tout se fait à pied

Le caractère pratique du centre-ville est indéniablement l’un des facteurs pris en compte par les ache-teurs. Même si un immense centre commercial est présent au nord de la commune de Plaisir, les habitants du cœur de ville bénéficient in situ d’une supérette et de La Poste, entre autres. Tout peut se faire à pied. Y compris se rendre à l’une des deux gares SNCF ou au château de Plaisir, classé monument histo-rique avec son parc. La qualité de vie y est agréable.



Les Clayes sous-Bois

Mais si l’on met dans la balance le nombre de commerces et de services de proximité, la ville limitrophe des Clayes-sous-Bois l’emporte haut la main. Cette commune de près de 18000 habitants bénéficie en son centre historique d’une pléiade de commerces de bouche. Elle compte également une pharmacie, des agences bancaires, un maga-sin de déco, un opticien, un salon de coiffure, un fleuriste, un cabinet médical...



Vie de village

« Le centre-ville, pourtant très proche de la zone commerciale Plaisir-Les Clayes (Grand Plaisir, Alpha-Parc, One Nation), est très bien pourvu en commerces et services avec, en outre, un marché très réputé », indique Olivier Salmon, directeur de l’agence des Clayes. « Il y a un vrai esprit de village que l’on ne devine pas forcément en traversant Les Clayes par la D11. »



Efforts d’urbanisme

La commune des Clayes-sous-Bois béné-ficie en outre du renouveau de son urbanisme. Un vaste programme de rénovation et d'enfouis-sement de ses réseaux (eaux pluviales et eaux usées, télécoms, fibre, etc.) et de la voirie a été lancé depuis la précédente décennie, ce qui permet à la ville de mon-trer un nouveau visage. Des infrastructures dédiées au sport et à la culture ont en outre été aménagées dans le centre ou à proximité immédiate. « Un gymnase et un cinéma-théâtre comptant deux salles numériques font désormais partie de l’offre de loisirs », rappelle Olivier Salmon.



Densification

Le charme des Clayes-sous-Bois attire tout naturellement les promoteurs immobiliers. Des programmes neufs ont émergé depuis une dizaine d’années. « Les acheteurs de ces biens récents sont assez variés : on trouve tout autant des familles que des investisseurs ou des retraités. Ces derniers troquent d’ailleurs souvent leur maison plus grande pour un appartement tout confort dans le centre », décrypte Olivier Salmon. Une densification que l’on retrouve également dans le centre de Plaisir où des propriétés sont progressivement rachetées pour faire émerger à la place des logements collectifs.



Des prix abordables

L’une des caractéris-tiques du canton de Plaisir est de proposer un marché immobilier accessible au plus grand nombre. Les petits budgets peuvent ainsi se porter sur les appartements dans les résidences anciennes. « Un 3 pièces de 65 m² à Plaisir se négocie entre 180000 et 200000 euros », avance Eric Epaillard. Les prix sont assez proches aux Clayes-sous-Bois : « Dans les résidences des années 1960, dont certaines sont en cours de réno-vation aux dernières normes énergétiques, on peut acheter un T3 sur la base de 150000 à 160000 euros », indique Olivier Salmon.



Large éventail de maisons

Pour les ama-teurs de logements individuels, les deux communes offrent une grande variété de maisons, la plupart du temps en mitoyen-neté. La fourchette est assez large, avec là aussi une concordance entre les tarifs clétiens et plaisirois : « À Plaisir, il faut compter entre 300000 et 600000 euros en fonction de l’état et des caractéristiques », précise Eric Epaillard. Centre-ville oblige, ces maisons sont souvent implantées sur des parcelles de taille réduite.


Posté le 14/12/2017 par Aymeric Val

Autres articles Paris : Ile de France

Voir plus d'articles Paris : Ile de France