Val-d’Oise : Classique ou atypique, vous avez le choix à Soisy-sous-Montmorency

Lionel Bocquillon Directeur de l’agence Espaces atypiques

Pour aider nos clients à imaginer leur futur bien, nous proposons, par exemple, des projections en 3D. Nous offrons une ligne directrice, mais aussi un devis des travaux pour qu’ils sachent exactement où ils vont au niveau du budget.

06 45 46 97 68
espaces-atypiques.com
3, avenue du Général-Leclerc
95230 Soisy-sous-Montmorency

Située à 12 km de Paris dans un environnement calme, la ville propose de nombreuses meulières des années 1930... mais aussi des biens beaucoup plus rares !

Des lofts, d’anciens garages, des maisons d’architecte ou totalement en bois... C’est ce que propose l’agence Espaces atypiques du Val d’Oise, installée à Soisy-sous-Montmorency. « La difficulté, c’est de trouver des biens qui correspondent à notre charte, il faut arriver à les dénicher », explique Lionel Bocquillon, son directeur.



Surtout des maisons

« Au niveau du département, on est sur un panier moyen plutôt intéressant, puisqu’il s’agit de biens entre 350000 et 500000 euros, essentiellement des maisons. À Soisy, c’est un peu plus élevé, avec des logements autour de 450000 euros.



Haut de gamme

Deux maisons sont actuellement disponibles sur la commune. La première est une impressionnante villa de 300 m², avec des prestations haut de gamme, des puits de lumière et de larges baies vitrées. Des qualités rares, qui ont un prix : 1195000 euros.



De A à Z

Sur le site de l’agence, les amateurs de biens qui sortent de l’ordinaire peuvent également découvrir une meu-lière totalement rénovée, avec de larges volumes et là encore une grande clarté. Totalement réaménagée par ses anciens propriétaires, ses 405 m² sont mis en vente à 795000 euros. Mais Espaces atypiques déniche aussi des biens à l’état brut, et propose à ses clients de les aménager de A à Z.



Environnement

Les meulières, remises au goût du jour ou non, sont d’ailleurs les maisons les plus courantes à Soisy-sous-Montmorency. « Elles sont très recherchées, car souvent situées dans des quartiers agréables de la ville », explique Marc Vitel, le gérant de l’agence Guy Hoquet. Le professionnel, qui vend des biens plus classiques, estime que les maisons se situent entre 3000 et 3500 euros du m², selon leur état et leur environnement (vis-à-vis, jardin...)



Diversité

Pour les appartements, la four-chette est plus large, puisque la ville de 19000 habitants propose des coproprié-tés des années 1960, mais aussi des im-meubles plus récents, datant des années 2000, qui se négocient plus cher. « J’ai vendu un 4 pièces, en rez-de-jardin dans une belle copropriété, pas loin du centre-ville, en moins de trois semaines, pour 250000 euros », raconte Marc Vitel.



Plus grand

Il observe que les primo-accé-dants sont moins nombreux ces dernières années, et qu’il s’agit plus fréquemment de seconds achats, pour des familles ou des couples. « On a une clientèle composée d’habitants de Soisy et une autre catégorie qui vient des départements voisins, du 92 par exemple. Ils vendent un appartement à Asnières-sur-Seine ou Clichy pour acheter une maison ici ».



Plus loin

La clientèle d’Espaces atypiques est surtout composée d’acheteurs de 30 à 50 ans, souvent « des artistes, des profes-sions libérales, voire des cadre supérieurs ». Là aussi, ils s’éloignent de la capitale pour s’offrir davantage d’espace. « J’ai vendu une petite maison à 300000 euros à un jeune couple de primo-accédants, ils étaient loca-taires à Paris », se souvient-il.



Dynamique

Quels sont les atouts de Soisy-sous-Montmorency ? Située à 12 km de Paris, la ville propose des écoles, de la maternelle au collège, et une bonne qualité de vie. « C’est familial, avec du charme. La municipalité pro-pose des équipements sportifs de qualité, une offre culturelle pour les jeunes et les moins jeunes... C’est dynamique tout en étant un peu au calme », décrit Marc Vitel.



Offre

Le marché est plutôt actif depuis le début 2017, note le professionnel. De son côté, Lionel Bocquillon observe une demande forte pour des biens atypiques. Seul bémol pour l’instant : une offre insuffisante pour répondre à la forte demande.


Posté le 07/11/2017 par Claire Lemaître

Autres articles Paris : Ile de France

Voir plus d'articles Paris : Ile de France