Le prêt à taux zéro reste une aide précieuse pour les primo-accédants

+15%

D’après une simulation du Crédit Foncier, le financement de 40% d’un projet immobilier à taux zéro et le bénéfice d’un différé de remboursement sur 15ans de ce PTZ reviennent à augmenter la capacité d’emprunt de 15%.

Même en période de taux bas, la possibilité d’emprunter jusqu’à 138 000 euros sans intérêts est une aubaine à ne pas rater dans le neuf ou l’ancien à rénover...

Plus de 100000 prêts à taux zéro (PTZ) ont été accordés en 2016 dont environ un quart a concerné le financement d’un loge-ment ancien avec travaux. Destiné princi-palement à l’achat dans le neuf (maison ou appartement), le PTZ s’applique aussi aux logements anciens à rénover dès lors que le budget des travaux représente un tiers du prix d’acquisition



Les jeunes en profitent

Dans l’ancien et le neuf, le PTZ reste donc un puissant levier pour les primo-accédants, catégorie à laquelle il est exclusivement réservé, sauf à être redevenu locataire de sa résidence prin-cipale depuis au moins deux ans. Avec la possibilité d’emprunter jusqu’à 138000 euros sans intérêts (pour un foyer de 5 personnes), le PTZ est une aubaine à ne pas rater, même en période de taux bas. En 2016, le montant moyen accordé tour nait autour de 65000 euros et plus de la moitié des béné-ficiaires ont été des jeunes de 26 à 35 ans.



Prolongation pour 2 à 4 ans

Le gouver-nement vient de prolonger cette aide, mais sur un périmètre géographique modifié et avec des modalités pas encore définies. Aujourd’hui et jusqu’à la fin de l’année, le PTZ est disponible sur l’ensemble du ter-ritoire. À partir de 2018 et jusqu’en 2021, le PTZ dans le neuf restera proposé dans les zones les plus tendues : A, A bis et B1. Pour les zones B2 et C, le PTZ dans le neuf devrait être prolongé pour deux ans mais avec une enveloppe limitée à 20% du montant maximal de l’acquisition contre 40% aujourd’hui. Ce qui revient à dire que le montant du PTZ serait divisé par deux l’an prochain en zones B2 et C.



Dépêchez-vous !

Ces évolutions ont été annoncées vendredi 6 octobre par Emma-nuel Macron au congrès de la Fédération Française du Bâtiment et restent donc à confirmer. Pour ce qui est du PTZ dans l’ancien avec travaux, il faudra se diriger vers les zones B2 et C, les zones urbaines A bis, A et B1 en devenant exclues dès 2018. Si vous avez un projet d’acquisition bien avancé, mieux vaut ne pas perdre de temps pour profiter du PTZ dans sa forme actuelle.


Posté le 07/11/2017 par Olivier Cheilan

Autres articles nationaux

Voir plus d'articles nationaux