Côte d’Azur : Un marché à plusieurs vitesses à Antibes

Fabrice Di Ponio Gérant de l’agence Prestigimmo

Tout ce qui est proche de la vieille ville (Foch, Wilson, plus globalement autour de la place De-Gaulle) est très demandé. Les gens peuvent tout faire à pied. Il y a un côté village et proximité très apprécié.

04 92 96 99 69
prestigimmo.fr
2791, chemin de Saint-Bernard, Sophia-Antipolis
06220 Vallauris Cedex

Diego Vebobegérant de l’agence Home-Immo

Les prix restent globalement stables. Le marché appartient toujours aux acquéreurs, compte tenu des nombreux biens encore à la vente.

04 97 23 33 15
home-immo@live.fr
45, avenue Reibaud
06600 Antibes

Johan Wretman fondateur et président de Wretman Estate

l faut compter 12 000 euros le m2 pour un bon produit en front de mer dans la zone de la Salis. à la Pinède, un étage élevé avec une belle vue se négocie dans les 10 000 euros le m2.

04 92 98 92 54
wretmanestate.com
19, rue des serbes
06400 Cannes

La période estivale n’a pas freiné le dynamisme du marché immobilier antibois. De l’avis des professionnels du secteur, le mois d’août s’avère même très positif.

« Nous avons bien travaillé au mois d’août, qui est d’habitude un peu plus compliqué. La demande est plus régulière que par le passé », affirme ainsi Fabrice Di Ponio, gérant de l’agence Prestigimmo. « Le marché continue à bien se porter en cette période estivale. Août est meilleur que l’an dernier. Nous avons réalisé quelques belles transactions au cours des dernières semaines », ajoute Diego Vebobe, gérant de l’agence Home-Immo.



Les Scandinaves en force

Si la clientèle locale constitue le gros des acquéreurs, les Scandinaves sont toujours bien présents. Johan Wretman, fondateur et président de l’agence Wretman Estate, spécialisée dans la clientèle nordique, note ainsi que les Scandinaves apprécient énormément Nice, Cannes mais aussi Antibes. « Ils recherchent particulièrement des biens dans les quartiers du cap d’Antibes, de la Salis, d’Albert Ier, de la vieille ville, du Port-Vauban, du Ponteil, de la Rostagne, de la Badine ou encore de la Pinède.»



Le chemin des Combes plébiscité par les ingénieurs de Sophia

étant située à Sophia-Antipolis, l’agence Prestigimmo travaille pour sa part beaucoup avec les ingénieurs présents dans la plus importante technopole de France et d’Europe. Des clients qui apprécient le chemin des Combes. « C’est un quartier calme, ré-cent, sur les hauteurs d’Antibes, et donc facile d’accès pour aller sur Sophia », explique Fabrice Di Ponio. Dans cette zone, le gérant a dernièrement vendu dans une belle résidence un petit 3 pièces de 67 m², avec une terrasse de 10 m², 230000 euros. L’agence Home-Immo a de son côté négocié pour 190000 euros un 2 pièces de 53 m² en rez-de-jardin avec 80 m² de jardin dans une résidence avec piscine et une place de parking.



De gros écarts de prix

Comme dans toutes les villes de la Côte d’Azur, la diffé-rence entre le bord de mer et les quartiers plus en retrait est également significative : le prix au m2 peut ainsi être multiplié par plus de trois ! Un écart qui s’observe particulièrement à Juan-les-Pins où certains quartiers ont beaucoup perdu en cote. « Il y a pas mal de vieux immeubles, sans balcon, sans ascenseur, sans prestation... Le front de mer est cher, mais dès qu’on passe en deuxième ligne, les tarifs s’écroulent. Ce sont des vieux quartiers, assez bruyants, sans végétation, pas très agréables à vivre par rapport aux nouveaux quartiers d’Antibes », déclare Fabrice Di Ponio.



Moins cher que Cannes

« Les prix à Juan-les-Pins en bord de mer sont équivalents à ceux d’Antibes, mais dès qu’on recule un peu vers la voie de chemin de fer, ils chutent fortement », renchérit Johan Wretman. Malgré ces coûts élevés, « Antibes reste nettement moins cher que Cannes, notamment par rapport à la Croisette, où les prix sont deux fois plus importants, jusqu’à 30000 euros le m² et des fois même plus quand il s’agit d’un bien exceptionnel », note le professionnel. L’agent fait d’ailleurs remarquer qu’« il est difficile de trouver des bons produits à Antibes, à savoir proches de la mer, des commerces, en étage élevé, avec une vue mer et une grande terrasse bien ensoleillée. Un produit de ce type au prix du marché part très rapidement ».



Forte demande pour le locatif

Compte tenu des prix assez élevés dans la région, le locatif constitue une part importante du marché. « Malgré la baisse des taux, cela reste assez difficile pour les primo-accé-dants d’entrer sur le marché. Il y a donc une forte demande pour le locatif. Il faut compter sur un loyer entre 750 et 800 euros pour un T2 et entre 900 et 1 200 euros pour un T3 », détaille Diego Vebobe. « Beaucoup de propriétaires ont acheté un autre bien pour louer. Mais un grand nombre a rencontré des problèmes et du coup ne loue plus. On se retrouve ainsi avec beaucoup d’appartements vides à l’année ou juste loués pendant l’été. Nous avons le plus grand mal à trouver des locations vides. S’ils louent, les gens préfèrent opter pour du meublé pour des raisons fiscales et de facilité (bail plus court...) », conclut Fabrice Di Ponio.


Posté le 05/09/2017 par Jean-Baptiste André

Autres articles Provence Alpes Côte d'Azur

Voir plus d'articles Provence Alpes Côte d'Azur