Spécial construction : Faire construire dans le Gard et l’Hérault

José Modesto Gérant de Maison AJ Bois, membre du réseau Ami Bois

Après une très bonne année 2016, la petite hausse des taux constatée en 2017 ne ralentit pas le marché. Le prix des terrains a tendance à monter, donc nous conseillons de ne pas hésiter à accélérer l’achat, ou a minima de bloquer les terrains le plus tôt possible.

04 67 99 02 02
montpellier@ami-bois.fr
72, grand-rue Jean-Moulin
34000 Montpellier

Henri Leclercq Directeur de Maisons Claude Rizzon Languedoc-Roussillon

En 15 ans, les éléments méditerranéens ont quasiment disparu. La demande est forte sur le design contemporain, mais à taille humaine. Chez Maisons Claude Rizzon, nous aimons rendre accessibles à tous nos maisons contemporaines.

04 67 87 29 29
mcrm-lecres@rizzon.com
22, avenue de la Gare,
34920 Le Crès

Anthony Zedet Directeur général de Nimazur

On trouve facilement du foncier dans le Gard et l’Hérault, ce qui n’était pas le cas il y a dix ans, mais il se situe dans un panier assez haut. Les taux sont certes bas, mais les banquiers imposent un apport personnel. Donc un premier projet de construction est difficile pour les jeunes couples.

04 66 29 83 83
contact@nimazur.fr
1696, bd Salvador-Allende,
30000 Nîmes

Olivier Martin Chef d’agence Mas Provence Gard-Hérault

Dans le cadre du label E+C-, prochaine réglementation thermique de 2020, nous entrons dans la démarche de l’expérimentation concernant l’énergie et l’empreinte carbone. Celle-ci devra être le plus faible possible (par l’analyse du cycle de vie de la construction et pour les 50 ans à venir).

04 34 17 01 03
perols@masprovence.com
770, avenue Alfred-Sauvy,
34470 Pérols

Si le Gard et l’Hérault offrent des différences de prix concernant le foncier, le bâti écologique néo-contemporain a le vent en poupe dans les deux départements.

Si le Gard et l’Hérault jouissent tous deux d’un climat clément, dans une région dynamique et facilement accessible grâce au TGV, il existe une différence en termes de foncier entre les deux départements. Les prix sont plus élevés dans l’Hérault que dans le Gard. « Les primo-accédants ont tendance à s’éloigner de Montpellier, pour aller vers Béziers ou le Gard, pour des questions de budget. On peut y obtenir des terrains nettement plus grands, avec un cadre de vie tout aussi agréable », analyse José Modesto, gérant de Maison AJ Bois.



Micro-marché à Montpellier

à Montpellier en effet, les prix se sont envolés au cours des quinze dernières années. « La grande couronne constitue un marché assez atypique, où le foncier est onéreux. En sortant de la métropole, on retrouve des zones moins tendues, qui offrent des prix semblables au reste des régions », constate Henri Leclercq, de Maisons Claude Rizzon. Castelnau, Castries, ou Baillargues drainent ainsi une population de secundo, voire tertioaccédants, souvent pour une dernière opération immobilière.



Budget global

Ici plus qu’ailleurs, c’est l’offre foncière qui définit le budget, poursuit Henri Leclercq : « Dans la première couronne de Montpellier, à Castelnau ou Le Crès, certains terrains de 400 ou 450 m² peuvent atteindre 200 000 euros. Avec une maison construite à 180 000 ou 200 000 euros, le budget global tourne autour de 400 000 euros. »



Gard plus linéaire

Dans le Gard, même si Nîmes coûte plus cher, l’offre foncière propose des prix moins disparates d’une ville à l’autre. « Dans le Gard, il est aisé de trouver un terrain à 100 000 ou 120 000 euros. Avec une maison à 150 000 euros, le budget global peut se situer en dessous de 300 000 euros, voire en dessous de 200 000 euros pour certains primo-accédants », conclut Henri Leclercq. Quelques niches existent cependant dans le département, selon Olivier Martin, de Mas Provence : « Notamment Uzès, où les prix sont plus élévées. La réforme du PLU à Nîmes entraîne aussi la mise à disposition de nombreux terrains sur le marché. »



Demandes principales

Niveau design, la demande est au contemporain revisité, mêlant tuiles méditerranéennes et toitures plates. « La tendance est lourde sur le néocontemporain, un mélange entre toit tuile et toit terrasse. Pour du toit terrasse partout, l’assiette budgétaire est nettement supé- rieure », détaille Anthony Zedet, de Nimazur. « Un phénomène d’autant plus accentué dans l’Hérault, qui offre davantage de liberté architecturale », constate Olivier Martin, de Mas Provence, qui ajoute : « Le Gard reste plus traditionaliste, l’architecture y est réglementée dans des secteurs comme Uzès. »



Environnement

Depuis la RT 2012, toujours en vigueur, les demandes sur l’isolation sont toujours croissantes. La question environnementale est ainsi au cœur du projet de nombreux constructeurs. Chez Ami Bois, la spécialité, c’est la maison à ossature en bois, explique José Modesto : « Nous revendiquons une sensibilité et une conception environnementales : des chantiers propres, des solutions fiables et raisonnées, pour une maison propre et écologiquement responsable. De deux à quatre maisons sortent tous les mois de terre dans la région. » Mas Provence, enseigne reconnue dans le segment du milieu et du haut de gamme, propose une conception bioclimatique pour des maisons personnalisées. « Dans ces secteurs, notre produit moyen se situe autour de 135 m² habitables, pour un panier supérieur à 200 000 euros la construction », précise Olivier Martin.



Bilan

Par ailleurs, Henri Leclercq, président départemental 34 Hérault du syndicat professionnel Les Constructeurs et Aménageurs de la FFB, constate une situation au beau fixe sur le marché de la construction individuelle dans le secteur : « Les chiffres sont positifs, après un petit coup d’arrêt en avril, sans doute lié aux élections. Nous sommes à nouveau dans une période dynamique. L’offre foncière est là, les taux restent bas, les banques ont appris de leurs erreurs passées… Tous les voyants sont au vert pour que le marché continue de s’inscrire dans une courbe positive. »


Posté le 05/09/2017 par Julie Bordenave

Autres articles Languedoc Roussillon

Voir plus d'articles Languedoc Roussillon