Haut-Rhin : Coup de neuf sur le marché de la promotion

Virginie Bartoli Directrice du pôle résidentiel de l’agence Immobilier Desaulles

Dans les agglomérations, le mouvement général en matière d’urbanisme tend aujourd’hui vers plus de collectif, la mutualisation des espaces et davantage de verticalité.

03 89 46 20 80
vib@desaulles.fr
11, avenue d’Altkirch,
68100 Mulhouse

Claude Di Giuseppantonio Co-dirigeant de Sodico

Colmar est un petit marché très riche, qui attire aussi bien les travailleurs de la région bâloise que les retraités de la ville ou du vignoble. Notre prochaine opération prévoit des logements de presque 200 m².

03 89 52 82 00
cdg@sodico.fr
23, rue Jean-Mieg,
68100 Mulhouse

Gilles Bietiger Responsable commercial Haut-Rhin de Pierres et Territoires

Les gens connaissent le terrain sur lequel ils achètent dans le secteur, ils sont attentifs. Ils veulent revenir vers la pierre et investir en local.

03 74 09 45 19
g.bietiger@ptfa.fr
32, passage du Théâtre
68100 Mulhouse

Des programmes voient le jour un peu partout sur le territoire haut-rhinois, redevenu attractif. Grands groupes et promoteurs locaux se partagent le marché, porté par une demande en constante augmentation.



Retour en force

« Les investisseurs ont fait un retour en force cette année », témoigne Virginie Bartoli, directrice du pôle résidentiel de l’agence Immobilier Desaulles. Ils concluent un nombre massif des transactions dans les grandes villes, réinvesties par les promoteurs nationaux, à l’image de Saint-Louis, objet de vastes chantiers, à deux pas de Bâle. « En zone frontalière, le rythme de lancement des nouveaux projets ne suffit pas à combler la demande », explique l’experte. L’attente de programmes en livraison rapide, destinés à la location de petites surfaces, y est très forte.



Politiques fiscales

« Les politiques fiscales devraient continuer à favoriser la région, prévoit Claude Di Giuseppantonio, cogérant de la société de promotion immobilière Sodico, c’est un atout de développement ». à Mulhouse, moins cotée que sa première couronne, mais située elle aussi en zone Pinel B1, le vent tourne. « Cela faisait une éternité qu’il n’y avait plus de grues dans le ciel, à part pour des immeubles de bureaux. Aujourd’hui, s’il y a une proposition intéressante, on constate que les gens suivent », explique le promoteur, concepteur de l’Almaleggo, immeuble phare du renouveau urbanistique mulhousien. 85 % des logements, soigneusement dessinés, s’y sont vendus avant la fin des travaux, autour de 3 300 euros le m².



être partout

à l’instar de Sodico, les petits et moyens promoteurs, implantés localement, sont orientés vers l’acquisition et ont la volonté d’être partout. « Même dans les villages », explique Gilles Bietiger, responsable commercial Haut-Rhin de Pierres & Territoires. « Les terrains se raréfient, mais il y a toujours des espaces à trouver. Pour nous, l’emplacement est crucial », ajoute-t-il. Installées à Colmar, à proximité du quartier Saint-Joseph ou encore à Cernay, le long de la Thur, ses résidences, conçues pour le plus grand nombre, accueillent des jeunes actifs de 20 à 35 ans principalement, primo-accédants positionnés sur du F2 et du F3, produit le plus vendu dans le neuf sur l’ensemble du territoire.



Qualité patrimoniale

« Il faut faire vivre le bâtiment et veiller à ce qu’il soit pérenne. Nous visons moins les locataires de passage que les populations qui veulent se sédentariser », explique Claude Di Giuseppantonio, qui met volontiers l’accent sur l’innovation, la beauté et l’audace architecturale des bâtiments. Installé sur une petite niche de marché, Sodico propose en général des logements plus grands que la moyenne au coeur de sites moins denses. « Ce sont des programmes qui respirent », explique le promoteur qui a construit à Rixheim, 13 logements sur un espace de 45 ares. Les investisseurs, dont 30 à 50% sont locaux, ont, quant à eux, l’embarras du choix. « Nous avons un vrai travail de conseil à faire pour les pousser à être plus sélectifs et à privilégier la qualité patrimoniale », explique Virginie Bartoli.



Modularité

« On passe beaucoup plus de temps qu’avant sur la conception de nos biens. Nous les calibrons selon le marché et la clientèle », note Gilles Bietiger. économies d’énergie, normes, domotique : ceux qui choisissent le neuf sont « bien documentés et veulent un bien personnalisé », constate Virginie Bartoli, qui travaille avec des promoteurs locaux attentifs à la qualité des prestations et à la modularité.



Maisons neuves

Une partie de la demande se porte aussi sur les maisons mitoyennes ou jumelées, adaptées « aux besoins des familles monoparentales ou des investisseurs qui cherchent à loger leurs enfants », explique l’experte qui propose à Mulhouse, dans le quartier Bourtzwiller, une maison de 100 m² prête à décorer, avec 3 à 5 ares de jardin, pour 200 000 euros.


Posté le 28/08/2017 par Clarisse Bargain

Autres articles Alsace

Voir plus d'articles Alsace