Talence : Talence, un marché en plein boom

Franck Bon Saint Come Gérant d'Actéa Immobilier

Certains acheteurs sont prêts à mettre plus cher que le prix indiqué afin d’être sûrs d’obtenir le bien. Une maison ou un appartement dont le prix est supérieur de 5 % à notre estimation se vend sans problème !

05 40 13 00 00
contact@actea-immobilier.com
311, cours de la Libération
33400 Talence

Philippe Pioger Gérant de CityA Talence

Dans notre agence, nous voyons des profils très divers, jeunes et moins jeunes, des Bordelais et quelques Parisiens. Mais nous recevons surtout beaucoup de ménages qui réalisent leur premier achat.

05 57 35 87 00
talence.contact@citya.com
170, cours Gambetta
33400 Talence

Cadre de vie agréable, domaine universitaire, proximité de Bordeaux, réseau d’entreprises… autant d’atouts qui font de Talence une commune recherchée des acquéreurs. Comme dans l’ensemble de la métropole, la ville doit toutefois faire face à une pénurie d’offres.

Eventail d’acheteurs

Talence, qui compte un peu plus de 40 000 habitants, est l’une des communes les plus attractives de l’agglomération bordelaise. Elle profite en particulier de la présence du campus, de plus de 235 hectares, qui s’étend également sur les communes de Pessac et Gradignan. Les agents immobiliers reçoivent ainsi la visite d’investisseurs, à la recherche de studios proches du tram afin de loger les étudiants des nombreuses écoles présentes sur le site (commerce, architecture, ingénieurs…).



Talence n’en demeure pas moins recherchée par des ménages souhaitant acquérir un appartement ou une maison pour leur compte. Les plus aisés pourront prétendre au Graal : l'échoppe en pierres. Desservie par la ligne B du tram et de nombreux bus, Talence est en effet prisée des familles et jeunes actifs, du fait de sa proximité avec l’hyper-centre de Bordeaux. La ville offre par ailleurs une vie associative et de quartier très dynamique ainsi que de nombreuses infrastructures culturelles (Forum des Arts & de la Culture, médiathèques, école municipale de musique & de danse…).



Quartiers prisés

à Talence, le prix au m2 varie fortement d’un quartier à l’autre. « Selon l’emplacement géographique et la superficie du bien, il peut se situer entre 2 000 et 5 000 euros dans l’ancien », explique Philippe Pioger, directeur de l’agence CityA Talence. « Les biens les plus convoités se situent sur la ligne de tram, c’est-à-dire du domaine universitaire à la barrière Saint-Genès », ajoute son confrère, Franck Bon Saint Come, gérant d’Actéa Immobilier.Philippe Pioger a par exemple vendu, dans le quartier Forum, un studio de 30 m2 à 123 000 euros. « Certains investisseurs achètent des biens d’une surface plus grande, pour y aménager plusieurs chambres d’étudiants. C’est un placement locatif qui offre une rentabilité intéressante » constate, de son côté, Franck Bon Saint Come. Son agence a récemment cédé une maison de ville de 80 m2 pour 255 000 euros, destinée à ce type d’aménagements. Côté accédants, le quartier Saint-Genès est particulièrement prisé. À titre d’exemple, l’agence CityA Talence a cédé un bien de 112 m2, à rénover avec 115 m2 de jardin, pour 335 000 euros. Elle a également réalisé une transaction de 353 000 euros pour une maison de ville de 90 m2, avec garage et jardinet.



Les prix grimpent

Depuis le 1er juillet, la LGV met Paris à 2 h de la capitale girondine. Si les acheteurs Parisiens sont d’abord attirés par Bordeaux, ils le sont aussi par Talence, ce qui risque de faire encore monter les prix, qui ne cessent déjà de progresser depuis 2015, laissant peu de marge de négociation aux futurs acquéreurs. L’agent estime qu’ils ont grimpé, en moyenne, de 6 à 7 % l’an dernier et de 7 à 10 %, au premier semestre 2017, bien en dessous de l’évolution du pouvoir d’achat des ménages (+ 0,1 % au premier trimestre 2017, à l’échelle nationale, selon l’Insee). « Il est très difficile de faire une estimation ; mais à titre d’exemple, un appartement de type T2 et d’une surface de 50 m2, situé dans une belle résidence, vendu entre 150 000 et 160 000 euros en 2013/2014, vaut désormais 200 000 euros » indique pour sa part, Franck Bon Saint Come.



Pénurie d’offres

En cause : des biens de plus en plus rares du fait de l’immobilisme des vendeurs d’une part, et des nombreux acheteurs d’autre part, qui souhaitent profiter de la faiblesse des taux d’intérêt. La tendance est en effet à la stabilisation : d’après les dernières données collectées auprès des banques, les taux se situent autour de 1,2 % sur 10 ans, 1,5 % sur 15 ans, 1,75 % sur 20 ans et 1,9 % sur 25 ans. Dans ce contexte, les stocks disponibles se sont réduits de moitié sur Talence entre 2016 et 2017, avec des délais de transaction très courts. Les deux agents indiquent qu'au juste prix, le bien se vend sans problème, dans le mois qui suit sa mise sur le marché…


Posté le 28/08/2017 par Marianne Davril

Autres articles Aquitaine

Voir plus d'articles Aquitaine