Spécial BAB : Biarritz : c’est le bon moment pour vendre !

Frédéric Pradié Consultant Immobilier – Associé à l’agence Benquet

Globalement, le déséquilibre entre offre et demande ne bouleverse pas les prix, mais tout de même, ces derniers suivent sur une tendance haussière : entre 5 et 10% plus cher au mètre carré, dans le centre-ville, par rapport à la même période l’an passé.

05.59.24.04.91
agence-benquet.com
4, place Clémenceau,
64200 Biarritz

Christophe Quatrevieux Dirigeant d’Immo Conseils

Le centre-ville ou très proche est toujours le critère préférentiel de nos clients. Ce sont des acquéreurs avec un budget assez important. Grâce à des programmes neufs, certains quartiers sont devenus abordables pour les primo-accédants

05 59 24 57 44
agence-immo-conseils.com
4, rue Jaulerry,
64200 Biarritz

Stéphane Ortiz Carmen Immobilier

La demande est forte et se révèle de plus en plus soutenue. Elle est notamment entretenue par les seniors, toujours plus séduits par la tranquillité de la côte basque, qu’ils viennent de région parisienne ou même de la Côte d’Azur

05 59 22 22 99
contact@carmen-immobilier.com
88, avenue de la Marne,
64200 Biarritz

Xavier Gripon Angel Biarritz Immobilier

Il faut visualiser le marché biarrot avec des lignes de 100 mètres en partant de l’océan : les 3 à 4 premières lignes sont toujours les plus recherchées. Saint-Charles demeure très prisé, de même que les Halles et Beau Rivage.

05 59 47 10 00
angelbiarritzimmobilier.fr
8, rue Pellot
64200 Biarritz-Saint-Charles

Le centre-ville biarrot, proche des plages, les quartiers des Halles, Saint-Charles ou Beau Rivage concentrent toujours une forte demande dans un marché qui se porte bien !

Qu’on se le dise : la période est idéale pour les vendeurs à Biarritz ! Les prix ne sont pas négociés, les biens mis en vente peu nombreux à se concurrencer, et la demande émanant des acheteurs toujours plus importante. « Le vrai conseil à donner aux propriétaires : c’est le moment idéal pour vendre ! », annonce Stéphane Ortiz, de l’agence Carmen Immobilier. « La demande est très importante et concerne tous types de biens, du studio à la maison. Et les acquéreurs sont sérieux, solvables et finançables », ajoute Frédéric Pradié, de l’agence Benquet, la plus ancienne de Biarritz, fondée en 1872.



Le centre-ville avant tout

La demande est forte pour le centre-ville. Ce n’est pas une surprise : dans un rayon de 10-15 minutes des plages, tout se fait à pied et la ville propose toutes les commodités pour un mode de vie facile. « Le centre-ville garantit le bon investissement », constate Frédéric Pradié, qui ajoute : « Un bien de centre-ville, positionné sur des prix corrects et en bon état, se vend très rapidement. » Un centre-ville considéré au sens large, englobant le quartier des Halles, mais aussi Saint-Charles au nord et Beaurivage au sud ainsi que le quartier de la médiathèque.



Asymétrie de marché ?

Face à cette forte demande, l’offre n’est pas toujours là. « Aujourd’hui, nous sommes en manque de produits capables de satisfaire une clientèle toujours plus exigeante », explique Christophe Quatrevieux, de l’agence Immoconseils. « Il y a désormais plusieurs acquéreurs pour un bien » constate de son côté Frédéric Pradié. La logique voudrait que les prix grimpent. Ce n’est pourtant pas le cas selon la plupart des experts du marché biarrot.



Quelle évolution ?

Pour Xavier Gripon, de l’agence Angel Biarritz Immobilier: « On ne constate pas de tensions sur les prix, mais les négociations sont ardues pour arriver à un compromis. » Le son de cloche est diffé- rent chez Stéphane Ortiz : « L’offre est tellement rare qu’on peut être surpris par les prix de certaines transactions : des clients sont prêts à payer le prix fort sur le centre-ville. On n’est pas loin d’une situation similaire à celle que l’on a connue en 2007 où l’euphorie s’était emparée du marché. » Un constat partagé par Stéphane Pradié : « Les prix sont stables, mais sur une tendance haussière : entre 5 et 10 % plus cher au m2 , dans le centre-ville, par rapport à la même période l’an passé. »



L’emplacement détermine le prix

Si le centre-ville garantit le bon investissement, logiquement, cela se paye : un appartement de centre-ville en première ligne, vue sur l’océan, avec terrasse, parking et cave est ainsi récemment parti à 10 000 euros du mètre carré : 305 000 euros pour 30 m². S’il est difficile de parler d’un prix moyen, les caractéristiques d’un bien pouvant provoquer des écarts de prix, on peut toutefois évoquer une fourchette comprise entre 5500 et 6 000 euros pour le centre-ville. Plus le bien remplira les critères de choix : étage élevé, bon état, parking, terrasse, plus on tendra vers les 6 000 euros… « Les clients recherchent un appartement avec terrasse, un parking et un ascenseur, en bon état et le plus proche du centre possible », confirme Christophe Quatrevieux.



Tram’bus

En s’éloignant du centre-ville, on tend vers les 4 000 euros. « Le quartier Saint-Martin, la Négresse ou le parc d’Hiver proposent des biens à prix nettement plus abordables à proximité des plages. À côté de l’hippodrome, un appartement de 80 m² est parti à 310 000 euros », souligne Xavier Gripon. Le prix peut tomber jusqu’à 3 000 euros selon certains observateurs. Le tram’bus électrique, qui reliera les 3 communes du BAB et arrivera en plein centre de Biarritz, pourrait repousser les lignes de prix liées au « tout à pied » et rapprochera les quartiers plus éloignés du centre-ville et des plages. « Le quartier du haut de Larochefoucault, qui attire déjà de plus en plus d’acheteurs, sera le grand bénéficiaire du tram’bus. Il peut prendre de la valeur à l’avenir », estime Xavier Gripon.


Posté le 10/07/2017 par Arnaud Bivès

Autres articles Aquitaine

Voir plus d'articles Aquitaine