Golfe du Lion : La côte catalane attire pour son niveau de prix

Thierry Drugeon Associé chez Immojaime

Sur les biens du littoral cyprianais dont le prix de vente se situe entre 100 et 200 000 €, il n’y a aucune tension du marché qui pourrait justifier des prix à la hausse .

04 68 80 24 67
immojaime.thierry@orange.fr
6, boulevard Aristide-Maillol
66750 Saint-Cyprien

Nathalie Huc Gérante de Huc Immobilier

En bord de mer, les clients acceptent de payer plus cher ; cependant, à Perpignan, nous avons constaté une baisse des prix incroyable.

04 68 80 51 51
nathalie@hucimmobilier.com
11, promenade de la Côte-Vermeille
66140 Canet-Plage

Si certaines grandes villes du Sud-Est ont vu leurs prix grimper en début d’année 2017, ce n’est pas le cas de la côte catalane et de Perpignan. Une situation qui attire de nombreux acquéreurs, à la recherche de la bonne affaire en bord de mer.

Dans l’Aude, les prix n’augmentent pas

[

Comme dans le reste du département, la côte catalane est actuellement un placement immobilier attractif. Les prix n’y sont pas en hausse, malgré la croissance du tourisme chaque année et la proximité de villes telles que Perpignan ou Béziers. Sur le littoral, certaines villes regroupent d’immenses lotissements de petites maisons, comme c’est le cas à Saint-Cyprien. À Perpignan, des quartiers neufs sont en construction en loi Pinel à bas prix.



Une hausse fictive

[

« En 2017, le nombre de transactions à demi-année est égal au nombre de transactions sur l’ensemble de l’année 2016 », affirme Thierry Drugeon, associé chez Immojaime. En revanche, « les prix sont faibles et la transaction moyenne en valeur se situe entre 150 000 et 190 000 euros », selon lui. Des tarifs en baisse qui dénotent avec l’impression globale d’un rebond du marché immobilier en France.



Un renouvellement de génération

[

La côte catalane connaît actuellement un renouvellement de génération. Selon Thierry Drugeon, ces maisons construites principalement il y a une trentaine d’années voient leurs propriétaires vieillir et, finalement, quitter les lieux. « Il y a donc sans arrêt, depuis trois ans, un fond de roulement d’une cinquantaine de biens à Saint-Cyprien et aux alentours, qui empêche une augmentation des prix. »



À Perpignan, les ventes s’accumulent

[

Du côté de Perpignan, le marché est très bon selon Nathalie Huc, gérante de Huc Immobilier. Là-bas, les clients sont très nombreux et l’agent immobilier est en « recherche de biens en permanence pour essayer de satisfaire au mieux une clientèle particulièrement exigeante ». Un avis partagé par Thierry Drugeon, qui s’étonne de la « très grande maturité des acheteurs, quelle que soit la tranche d’âge ». Ceuxci n’acceptent pas d’acheter des biens à des prix surévalués.



Des prix adaptés aux besoins

[

Nathalie Huc a récemment vendu un bien de 100 m² face à la mer, à 355 000 euros. À Canet- Plage, les prix augmentent : « Nous avons vendu une maison ultra-contemporaine de 123 m² à 522 000 euros dans ce secteur. » À Saint-Cyprien, on trouve aussi des petites maisons en résidences de vacances. Elles se vendent entre 120 et 150 000 euros et, en général, ne dépassent pas les 35 m² : parfait pour une résidence secondaire.


Posté le 28/08/2017 par Ludovic Gautret

Autres articles Languedoc Roussillon

Voir plus d'articles Languedoc Roussillon