Sud Lubéron : Un habitat préservé au coeur d’un parc naturele

Jean-Guy Mir Responsable de l’agence Orpi ABL Immobilier

Le secteur reste proche de l’aéroport de Marignane et de la gare TGV d’Aix-en- Provence. Cucuron, Lauris, Cadenet, ou encore Villelaure, qui constitue la campagne de Pertuis, proche d’un accès autoroutier, sont des villages demandés.

04 90 68 01 82
orpi.com/ablimmo
6, rue Victor-Hugo,
84160 Cadenet

Jessica Tellier Gérante de Mirabeau Immobilier

Beaucoup de terrains se sont débloqués à la vente, suite à la publication des PLU début avril. Nous en proposons souvent aux acquéreurs en recherche de villa, et qui disposent d’un budget de 300 000 à 400 000 euros.

04 90 77 02 20
mirabeau-immobilier.com
2, rue de l’Église,
84120 Mirabeau

En plein parc naturel régional, le long des vallées d’Aigues et de la Durance, le Sud-Lubéron draine les bassins d’emploi d’Aix-en-Provence et de Cadarache.

Le Sud-Lubéron jouit d’un environnement préservé et de prix moins élevés que dans le nord des Bouches-du-Rhône limitrophe, selon Jean-Guy Mir, d’Orpi ABL Immobilier : « nous avons réalisé un bon volume de ventes en 2016, et 2017 se présente dans une dynamique positive. Les acheteurs sont toujours là, stimulés par des taux d’intérêt historiquement bas et des prix qui restent attractifs. »



Population active

Le marché est composé essentiellement de résidences principales, poursuit Jean-Guy Mir, « pour une clientèle d’actifs et de jeunes retraités, issus notamment de région parisienne ». La majorité de la demande tourne autour des villas de 300 000 à 400 000 euros, « mais peu sont disponibles en ce moment. Nous avons surtout à la vente des propriétés au-dessus de 550 000 euros », commente Jessica Tellier, de Mirabeau Immobilier.



Bâti provençal

L’habitat de type provençal est ici réglementé, pour cause de parc naturel régional. « Les maisons de villages se destinent aux primo-accédants. Avec 2 ou 3 chambres, elles se négocient autour de 150 000 euros », précise Jean-Guy Mir. Pour une villa, il faut compter de 300 000 à 500 000 euros. « Les familles qui veulent du terrain se dirigent vers la maison individuelle. à Cadenet, elles peuvent aussi bénéficier de la présence d’un collège », ajoute-t-il.



Appartements

Peu d’immeubles ici, et ils ne dépassent pas les 2 étages. « De petites copropriétés existent dans les petits villages. Nous commercialiserons prochainement à Pertuis un programme neuf d’environ 80 lots », souligne Jessica Tellier. Pour un T2, il faut compter de 90 000 à 130 000 euros ; jusqu’à 150 000 ou 160 000 euros à Pertuis. Un T3 se vend entre 150 000 et 200 000 euros, en fonction de la présence d’un extérieur.



Locations

Le marché locatif fonctionne bien, poursuit Jessica Tellier : « La demande est plus forte que l’offre. Nous avons un partenariat avec Cadarache. Les salariés, embauchés pour des missions de 3 à 6 mois, ou des CDD de 2 à 5 ans, cherchent principalement des locations. » Un T2 se loue de 500 à 600 euros ; un T3, de 600 à 800 euros ; une villa, entre 900 et 1 500 euros.


Posté le 29/05/2017 par Julie Bordenave

Autres articles Provence Alpes Côte d'Azur

Voir plus d'articles Provence Alpes Côte d'Azur