Strasbourg : Strasbourg : investir dans les quartiers d’avenir

150 000 €

C’est le budget moyen pour un T2 neuf dans l’Eurométropole

L’investisseur type

Quadragénaire ou quinquagénaire pourvu d’un revenu confortable, l’investisseur local réside généralement en Alsace. L’idée est de se constituer un patrimoine dans la région, en prévision de la retraite, mais aussi pour en faire profiter ses enfants dans les années à venir.

Des secteurs en devenir, tel l’axe qui relie la place de l’Étoile à Kehl, ont beaucoup à offrir aux investisseurs potentiels. Les villages en périphérie de Strasbourg font des adeptes.

Une position stratégique, un véritable dynamisme économique et culturel, des universités prestigieuses : placée au carrefour de l’Europe, l’Eurométropole a tout pour plaire aux investisseurs potentiels. Les experts du marché immobilier strasbourgeois tombent d’accord : la période est idéale pour investir. « Il y a de plus en plus d’investisseurs en locatif. Aujourd’hui, cette activité représente un tiers de nos ventes, indique Sébastien Nicolas, responsable commercial de Weller Immobilière. Il faut profiter des taux actuels. Énormément de programmes se construisent à Strasbourg et dans son agglomération. La plupart sont éligibles à loi Pinel. Avec le choix qu’il y a, tout le monde peut trouver un produit qui lui correspond. »



Génération de l’itinérance.

Investisseurs professionnels, parents prévoyants, cadres en quête d’un patrimoine… Tous les profils sont concernés. Les jeunes générations ne manquent pas à l’appel. Grâce à la baisse des taux, elles se créent du patrimoine, notamment en profitant du dispositif Pinel. « Bien que locataires, certains jeunes trentenaires deviennent investisseurs, souligne Romuald Aubry, directeur des programmes chez Topaze Promotion. Cette démarche leur permet de rester mobiles. Pour les quadras, l’idée de posséder son logement est importante. Elle l’est moins pour ces nouveaux clients, la génération de l’itinérance, mais ils savent qu’il est utile d’investir. »



Secteurs en devenir.

L’Eurométropole recèle des quartiers où il fait bon vivre, propices à un placement immobilier locatif. Selon l’emplacement, les T2 s’y acquièrent entre 145 000 et 180 000 euros, les T3 entre 200 000 et 250 000 euros. Des secteurs en pleine transformation constituent aujourd’hui une alternative judicieuse aux zones historiquement populaires. L’axe qui relie la place de l’Étoile à Kehl, où fleurissent les programmes neufs, a de nombreux atouts à offrir et est particulièrement convoité par les investisseurs de tous bords. Les jeunes couples, assez nombreux à Strasbourg, mais aussi les familles monoparentales, y convoitent généralement des 2 pièces à louer. « Pour les plus petits budgets, Neuhof Village, même si le nombre actuel de nouvelles constructions est peu important, offre le potentiel d’une future ligne de tram, poursuit Romuald Aubry. Ce secteur, comme celui de Cronenbourg, possède une véritable vie de quartier avec de nombreux commerces de proximité, tout en offrant des accès rapides aux grands axes routiers. » Cronenbourg, quartier en transformation, offre de belles opportunités de neuf aux investisseurs. Topaze Promotion y construit notamment la résidence Vivacity, à proximité du tramway. Elle abrite des appartements de 1 à 5 pièces, des duplex en rez-de-jardin, avec possibilité de stationnement ou de garage. Les appartements, éligibles au dispositif Pinel, seront livrables au quatrième trimestre 2017. Dans le vieux Cronenbourg, aux abords de l’église Saint-Florent et desservie par plusieurs lignes de bus, la résidence Harmonea propose encore quelques logements à la vente. Les investisseurs peuvent y acquérir des appartements de 2 ou 4 pièces, à partir de 229 600 euros.



La campagne à la ville.

La perspective d’un logement qui combine les avantages citadins et le cadre bucolique de la campagne fait de nombreux adeptes. « L’idée de la campagne à la ville séduit beaucoup : dans une ronde de 5 à 10 km de Strasbourg, les appartements se louent sans aucune difficulté, explique Sébastien Nicolas. Des villes qui y sont accolées, comme Wolfisheim ou Oberhausbergen, permettent de s’offrir le calme des villages tout en profitant de la proximité de la ville. C’est idéal pour ceux qui travaillent à Strasbourg et ceux, nombreux aujourd’hui, qui préfèrent s’excentrer. »
La résidence Les Coteaux d’Achenheim vient de voir le jour dans la bourgade éponyme, un tout petit village de 2 000 habitants niché à une dizaine de km de Strasbourg. Porté par Weller Immobilière, le programme est composé de quinze appartements déclinés du 2 au 5 pièces, pourvus de larges baies vitrées, de jardins privatifs et de terrasses.


Posté le 20/04/2017 par Charline Blanchard

Autres articles Alsace

Voir plus d'articles Alsace