Bayonne : Bayonne, la commune plus abordable du BAB

Gwenaëlle Poiraud, Carmen Immobilier

Bayonne est une ville de plus en plus attractive, les acheteurs y retrouvent une ambiance de village convivial en centre ville, ce qui séduit beaucoup d’aquéreurs souhaitant un mode de vie urbain.

05 59 25 49 93
gwenaelle.poiraud@carmen-immobilier.com
10, rue d’Espagne
64100 Bayonne

Hélène Lassus, Gérante Ainhara Immobilier

Beaucoup de propriétaires louent à des étudiants de septembre à juin, puis à des touristes durant l’été. Bayonne attire des gens qui louent sur place pour faire le tour du Pays basque.

05 59 56 20 48
www.ainhara-immobilier.fr
14, rue Albert-Ie
64100 Bayonne

Arnaud Lalagüe, Gérant Arnaud Lalagüe Immobilier

Bayonne est la ville la moins chère des 3 cités du BAB, la plus peuplée, et celle qui propose le plus de choix pour un investisseur locatif, qui trouvera des biens à l’achat entre 70 000 et 120 000 euros, loin des prix du bord de mer.

09 82 57 22 76
www.arnaudlalagueimmobilier.com
18, place de la République,
64100 Bayonne

Le petit Bayonne attire toujours les investisseurs en quête de petites surfaces, mais ces derniers n’hésitent pas à franchir l’Adour pour trouver des prix abordables…

Bayonne propose toujours l’offre immobilière la plus variée et fournie du BAB (Bayonne-Anglet-Biarritz), mais aussi la moins chère au m2, en tout cas bien plus abordable si on la compare aux prix du bord de mer. L’année 2016, dans la foulée d’une très bonne année 2015, s’est avérée dynamique pour ce qui est des transactions, aidées, comme partout ailleurs en France, par les taux d’intérêt historiquement bas... « Le dernier trimestre est généralement moins actif en termes de transactions, ce n’est pas le cas cette année, où nous faisons beaucoup de ventes ! » constate Gwenaëlle Poiraud, responsable du secteur Bayonne chez Carmen Immobilier. Des transactions rendues aussi possibles par la stabilité des prix dans la sous-préfecture des Pyrénées- Atlantiques : « Les vendeurs qui fixent leurs prix sur ceux du marché écoulent en général leurs biens assez facilement, en 3 ou 4 mois », explique Arnaud Lalagüe, qui dirige l’agence immobilière éponyme. « Dans la mesure où l’on met son bien au prix du marché, les délais sont beaucoup plus courts pour vendre, les acheteurs bien plus réactifs », confirme aussi Gwenaëlle Poiraud, de Carmen Immobilier.



Rive gauche

Le prix du marché, c’est ce que peut espérer un acquéreur Rive gauche, dans Bayonne intramuros, toujours autant prisé et dans un secteur où les prix restent fermes. Le petit Bayonne, très dynamique grâce aux étudiants et à la faculté, attire les investisseurs depuis plusieurs années. Le prix peut y tomber à 2 000 euros le m2. Un investisseur a récemment acquis un 47 m2 pour 95 000 euros net. De l’autre côté de la Nive, le grand Bayonne attire une clientèle extérieure à Bayonne, parfois de jeunes retraités en quête d’un mode de vie urbain, mais surtout de l’art de vivre et de l’âme bayonnaise en centre-ville, dans un cadre d’immobilier ancien…



Jusqu’à 4 000 euros au m²

Un secteur recherché aussi par certaines familles et par des acquéreurs à la recherche de résidences secondaires disposant du cachet propre à l’ancien. On s’y fait une place grosso modo entre 2 300 et 2 800 euros au m2 selon l’état du bien et de la copropriété. Plus loin, les quartiers Arènes, Foch, Marracq attirent toujours autant, mais là encore, c’est au prix du marché qu’on peut espérer acquérir un bien, pour un niveau pouvant atteindre voire parfois dépasser les 4 000 euros le m2… Mais pas toujours, et on peut aussi y faire des affaires, comme avec ce grand T2 de 58 m2 des années 1960, qui a trouvé preneur pour 152 000 euros. Aux Arènes, une très belle demeure de 210 m2, bien placée, mais à rénover, est partie à 670 000 euros.



Rive droite

Avec moins de moyens, il faut aller Rive droite, où l’on peut négocier… Un acheteur pourra réaliser des affaires quartier Saint-Esprit : « On arrive à accéder à la propriété de manière moins douloureuse Rive droite pour des biens neufs, autonomes, avec de belles terrasses », indique Hélène Lassus, qui dirige l’agence Ainhara Immobilier et qui précise aussi que les différences de prix peuvent s’avérer importantes au sein même de Saint-Esprit, ce que corrobore Arnaud Lalagüe : « On peut avoir des différences allant de deux à trois fois le prix au m2 à 300 m près, Rive droite, selon la localisation et la qualité du bien. »



Ecoles et commerces

Globalement, la différence de prix entre les deux rives sera de 400 à 500 euros le m2 pour un appartement standard. Et si certains acheteurs ne veulent pas aller dans ces secteurs, les prix y demeurent plus abordables, dans un quartier où tout se fait à pied, avec école et commerces à proximité. Des programmes neufs sont sortis de terre ces dernières années pour séduire les investisseurs. Et certains atouts sont indéniables : une localisation plein sud avec une magnifique vue sur Bayonne attire ! Revers de la médaille Rive droite de l’Adour : l’infrastructure routière ne correspond plus aux besoins après toutes les constructions de ces dernières années. Les difficultés de circulation sont désormais récurrentes… Mais cela reste un détail lorsqu’on cherche avant tout à se loger…


Posté le 09/02/2017 par Arnaud Bivès

Autres articles Aquitaine

Voir plus d'articles Aquitaine