Nîmes : Une réelle embellie sur le marché nîmois

Karin Tourdiat, Gérante Tourdiat Immobilier

C’est le moment d’investir à Nîmes ! La ville offre un large choix de biens pour tous les budgets. De nouveaux marchés peuvent être conquis en 2017, car les taux d’intérêt restent stables.

04 66 05 59 89
immobilier@tourdiat.com
74-76, avenue Georges-Pompidou
30900 Nîmes

Dorian Vilhet, Cogérant Agence du Midi

La réhabilitation des quartiers Clérisseau, Gambetta et Saint-Charles a permis de donner plus de clarté. Des immeubles anciens ont été restaurés, des constructions neuves sont sorties de terre.

04 66 36 15 72
contact-agencedumidi@ladresse.com
1, rue de la Couronne
30000 Nîmes

Guillaume Bastid, Responsable transaction Cabinet Bastid Immobilier

Grâce au prêt à taux zéro, les primoaccédants peuvent miser sur des T3 ou T4 : de 80 000 à 150 000 euros pour un appartement, de 180 000 à 230 000 euros pour une villa. Le marché, moins cher que dans l’Hérault, attire aussi les Montpelliérains

04 66 67 47 35
contact@cabinetbastid.com
3, rue Saint-Antoine
30000 Nîmes

Nichée entre les Cévennes et la Méditerranée, Nîmes, l’indolente romaine, offre des prix attractifs.L’ouest de la ville connaît une belle envolée.
à Nîmes, le marché s’améliore. « Nous sommes passés d’une situation anxiogène, en 2015, à une ouverture de marché. Une légère baisse de prix, combinée à la baisse des taux d’intérêt depuis un an et demi, confirme l’opportunité d’acheter dans le Gard », analyse Karin Tourdiat, de Tourdiat Immobilier.

Les atouts

La ville a achevé sa mue : rénovation des places et façades jusqu’au coeur piéton de l’écusson, tram’bus pour désengorger le centre, accès facilité pour les personnes à mobilité réduite, transformation des Halles... La « Petite Rome » retrouve son lustre d’antan, qui lui permet même de se porter candidate à l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco ! La taille humaine de Nîmes séduit les familles, et la mixité sociale est garante de diversité : « Nous avons la chance d’avoir une ville cosmopolite : une importante classe ouvrière dont les revenus mensuels tournent autour de 1 200 à 1 300 euros, et des professions libérales, qui gagnent trois à quatre fois plus », remarque Dorian Vilhet, de l’Agence du Midi.



Locatif

Dans cette ville à taille humaine, les prix raisonnables séduisent les investisseurs : « Ils placent leur argent sur des appartements de type studio, T1, T2 voire T3, pour bénéficier d’une rentabilité à 5 ou 6 %, sur des sommes de 50 000 à 100 000 euros », constate Dorian Vilhet. Les appartements se louent en moyenne de 9 à 10 euros le m2 : il faut compter de 450 à 500 euros pour un T2, et de 550 à 650 euros pour un T3. Les offres sont plus rares pour les villas, dont le loyer moyen se situe autour de 1 000 à 1 200 euros. « Les actifs qui viennent d’être mutés, avec un pouvoir d’achat plus important, se tournent vers le nord-ouest de la ville. On y trouve des villas de standing à 1 500 ou 1 800 euros par mois », précise Karin Tourdiat.



Maisons de ville

Le côté sud de la ville s’est bien développé, attirant les jeunes comme les seniors. « Nous sommes ici à côté de grandes surfaces commerciales comme Ville Active, et à 10 minutes à pied du centre. On récupère aussi le périphérique pour déboucher rapidement sur les axes routiers, et la gare est toute proche », énumère Dorian Vilhet. Produit phare ici : la petite maison de ville en R + 1, datant des années 40 ou 50, avec morceau de jardin. Le prix ? « Autour des 160 000 euros avec beaucoup de travaux, jusqu’à 250 000 euros quand elles sont correctement rénovées, pour des surfaces allant jusqu’à 110 m2 habitables avec rez-de-chaussée aménagé », précise Dorian Vilhet. Pour un air de campagne, il faut s’excentrer en première couronne. Les prix s’échelonnent alors de 300 000 à 400 000 euros pour une villa de 110 à 120 m2, dotée d’un terrain de 1 000 m2.



Les collines

Toujours prisés au nord-ouest de la ville, les quartiers Fontaine, Tour Magne et Révolution proposent de belles maisons de ville et de très beaux appartements, pour 600 000 à 800 000 euros. « Le secteur Jean Jaurès est intéressant, du pied de la Fontaine jusqu’au lycée Hemingway. La proximité du centre-ville, la présence de commerces et du tram’bus évitent d’utiliser la voiture, car le stationnement est devenu difficile en ville », précise Guillaume Bastid, du cabinet Bastid Immobilier. Pour davantage de quiétude, et un terrain plus grand, il faut grimper sur les collines : colline Cigale, colline Montaury, colline Nord, colline Ouest, et aussi quartier Gazelle, qui connaît une belle envolée. Avenir prometteur. Amorcé en 2015, le retour des gros budgets se confirme, pour des ventes autour de 400 000 à 600 000 euros sur de l’appartement de standing, récent ou bourgeois, mais aussi sur de l’investissement. « Dans le cadre d’investissements locatifs, nous préconisons les secteurs de l’IUT et des facs : un arc de cercle partant de l’hôpital Carémeau à l’ouest, passant par la Croix-de-Fer et la route d’Uzès, et s’achevant à l’Est, dans la zone de la faculté Hoche, en pleine restructuration et promise à un bel avenir », conclut Guillaume Bastid.


Posté le 09/02/2017 par Julie Bordenave

Autres articles Languedoc Roussillon

Voir plus d'articles Languedoc Roussillon