Aix-en-Provence : Aix-en-Provence n’est pas réservée aux gros budgets

Pascal Boyer, Directeur et gérant Immobilière Pelletier Savon

Aix-en-Provence n’est pas une ville clivée, comme Paris ou Marseille. Dans une même rue, les logements des années 1960 ou 1970, à 3 000 € le m2, peuvent côtoyer un programme neuf à 6 000 € le m2.

04 42 93 36 93
m.orliange@pelletiersavon.com
2, rue Paul-Doumer
13100 Aix-en-Provence

Catherine Serr, Gérante Catherine Serr Immobilier

En 2016, nous avons lancé un système de mise en vente aux enchères par Internet. Cette méthode permet au vendeur et à l’acquéreur de se situer au plus près des prix du marché aixois.

04 42 64 27 86
catherine.serr@csimmo.fr
105, avenue de Bredasque
13090 Aix-en-Provence

Frédéric Corbet, Directeur Agence Mas Provence

A l’horizon 2025, Mas Provence prévoit dans la région une maison autosuffisante au niveau énergétique, en jouant sur les éléments : énergie photovoltaïque, serres et potagers intégrés à l’habitation,récupérateur d’eaux usées…

04 42 17 04 30
aix@masprovence.com
26, route de Galice
13090 Aix-en-Provence

Ville d’art et d’eau, Aix-en-Provence charme toutes les générations. La demande reste forte pour les appartements en centre-ville et les maisons individuelles en périphérie.

En 2016 à Aix, la reprise du marché amorcée en 2015 se poursuit. « Surtout pour les produits grand public, de 100 000 à 500 000 euros, précise Pascal Boyer, de l’Immobilière Pelletier Savon. Il faut arrêter les clichés sur Aix ! Bien sûr, un hôtel particulier dans le quartier Mazarin, c’est cher, mais ça représente seulement 2 % de la population. On peut se loger dans des quartiers très agréables pour seulement 2 700 ou 2 800 euros le m2. »



Le coeur battant de la ville

Active économiquement et culturellement, Aix fait se côtoyer étudiants, travailleurs et retraités. Les appartements en copropriété constituent le gros de la demande. « Les taux d’intérêt très bas font revenir les jeunes couples : pour moins de 200 000 euros, ils peuvent acquérir un 3 pièces à rafraîchir dans une copropriété des années 1960 », poursuit Pascal Boyer. C’est toujours la proximité avec le centre-ville qui remporte les suffrages : être proche du cours Mirabeau, pouvoir aller à pied au marché ou à la place du Palais, faire les boutiques… Si la forte migration nord/sud a diminué avec la conjoncture, on constate depuis 2 ans le retour de jeunes parents – cadres d’entreprise, fonctionnaires –, qui travaillent à Marseille et s’installent à Aix afin de privilégier un cadre serein pour la scolarité de leurs enfants.



L’ouest préservé

En ville, l’ouest offre de beaux atouts autour du quartier Saint-Mitre, les Granettes, le Pey Blanc, la route d’Eguilles. Dénigré à une époque en raison de la proximité du Jas de Bouffan, la zone a développé un volet résidentiel de qualité dans les années 2000, proche de la fondation Vasarely : « On y trouve beaucoup de maisons individuelles et d’immeubles de petites copropriétés de standing, avec terrasses et bonne isolation », constate Catherine Serr, de l’agence Catherine Serr Immobilier. Un accès aisé, couplé à un environnement protégé, en constitue l’atout. « On évite les embouteillages du périphérique, tout en étant à 4 km de la Rotonde. Du côté de La Molière par exemple, le Plan local d’urbanisme paru en juillet assure que le site ne va pas se densifier. » Il faut compter ici de 300 000 à 400 000 euros pour un appartement de 70 à 110 m², et de 600 000 à 900 000 euros pour une maison entre 130 et 250 m².



Architecture intelligente

Le marché de la construction de maisons individuelles est en hausse ces derniers mois. Il concerne de jeunes couples ayant revendu un premier bien ou des retraités qui migrent vers la Provence pour y profiter du climat et du bon vivre. « La commune d’Aix privilégie des parcelles de 1 000 m² au niveau de l’obtention des permis de construire, pour lutter contre l’urbanisation massive. Proches du centre-ville, des terrains sont disponibles à partir de 450 000 à 500 000 euros. à moins de 20 min, dans des villages comme Ventabren, Puyricard ou Couteron, le prix tombe à 250 000 euros pour une parcelle de 800 à 1 500 m², analyse Frédéric Corbet, de Mas Provence. La demande se concentre sur le mas traditionnel revisité : menuiseries en aluminium, débords béton intégrés aux génoises, tuiles sombres… En intérieur, on mise sur l’intégration de la domotique et les hautes technologies. » De telles parcelles permettent d’intégrer l’architecture dans la nature et d’appréhender intelligemment l’environnement,dans un souci de développement durable.


Posté le 09/02/2017 par Julie Bordenave

Autres articles Provence Alpes Côte d'Azur

Voir plus d'articles Provence Alpes Côte d'Azur