Saverne : Cure de jouvence

Le port de plaisance de Saverne. À 40 km au nord-ouest de Strasbourg, cette petite commune de 12 000 âmes a su préserver un cadre de vie agréable, entre vestiges du passé et modernisation de son économie, qui attire la jeune clientèle locale.

Tendances.

Entourée de châteaux forts et de montagnes, Saverne a joué un rôle important en Alsace durant vingt-deux siècles, comme en témoigne son remarquable patrimoine historique, tels que son cloître, le château des Rohan, la place de la Licorne ou encore le château du Haut-Barr. Victor Hugo et Goethe y ont, d'ailleurs, séjourné. Attachée à ses racines, la ville n'est pas pour autant restée inactive, notamment, face aux ravages de la désindustrialisation.

Le tissu économique s'est diversifié avec l'implantation de nouvelles activités comme l'accueil, en 2012, du laboratoire de Eurofins, leader mondial de l'analyse des produits agroalimentaires et pharmaceutiques tout en maintenant des entreprises leader comme Kuhn, le constructeur de machines agricoles mais, surtout, Fossil, la marque américaine de montres, de bijoux et de maroquinerie à l'activité en pleine expansion et dont le siège français s'est installé à Monswiller, village accolé à Saverne.

De quoi dynamiser la demande locale qui s'est renforcée ces dernières années. « Les plus présents sur le marché en ce moment sont, incontestablement, les primo-accédants qui veulent investir dans un achat tremplin, en général, un T3 ancien estimé à près de 130 000 euros, qu'ils pourront revendre dans 7 à 8 ans pour acquérir un bien plus coté. », constate Layla Bouroua, de Meilleurstaux.com, à Saverne. Composé à 34 % de maisons individuelles, le parc immobilier savernois mêle maisons à colombage, appartements anciens, maisons de notables en centre-ville, mais aussi constructions récentes et lotissements pavillonnaires en périphérie. Il faut compter 220 000 euros pour une maison de 100 m² avec jardin dont 30 000 euros de travaux. Ce type de bien est, souvent, recherché par les familles de secundo-accédants qui ont économisé pour se constituer un patrimoine en pierre, projet de vie qui reste toujours très ancré dans les moeurs et coutumes alsaciennes.



Une rentrée toute en saveur.

Un bâtiment moderne vert et brun, aux couleurs de l'entreprise, une tablette géante pour façade, un magasin qui offre une vue directe sur l'atelier de production où le chocolat coule à flot, une salle de cinéma... Voici le nouveau visage de la chocolaterie Bockel. Après deux ans d'activité, dans des locaux provisoires, après un incendie en juillet 2014, le fondateur, Jacques Bockel a inauguré, en septembre dernier, ce bâtiment de 3 600 m² conçu sur-mesure par le groupe LCR, en collaboration avec le cabinet d'architecture Ligne Bleue. Avec ses créations gourmandes, quelque peu, atypiques, le chocolatier, fidèle à sa ville, va pouvoir continuer à faire rêver et saliver ses habitants.


Posté le 10/01/2017 par ISABELLE MARCHANDIER

Autres articles Alsace

Voir plus d'articles Alsace