Saint-Étienne : Un nouveau visage se dessine

Le quartier Fauriel, à Saint-Etienne. L'activité redémarre, à Saint-Étienne. Les volumes de ventes sont en hausse. Pour redorer son image et développer son attractivité, la ville investit dans de vastes projets urbains.

Tendances.

Entre le parc naturel régional du Pilat et les gorges de la Loire, la ville aux sept collines a entamé sa métamorphose. Le secteur de Châteaucreux est en plein mutation. Sur la friche Poste-Weiss qui fait face à la gare TGV, un programme immobilier de 25 000 m² comprenant logements, commerces, et bureaux, va voir le jour. Les travaux qui ont commencé cet été devraient s'achever mi-2019. L'idée ? Recréer un lien entre la gare et le centre-ville.

Le franchissement des voies ferrées permettra d'ouvrir la gare sur le quartier du Soleil et le prolongement de la troisième ligne de tramway va compléter le réseau de transport en commun. En parallèle, l'avenue Denfert-Rochereau va être complètement repensée : agrandissement de l'espace consacré aux piétons, cyclistes et aux plantations, mise en sens unique pour fluidifier le trafic aux abords de la gare. Les investisseurs ont senti l'énorme potentiel de ce projet. Ils convoitent déjà ce quartier en devenir.

L'hypercentre, le secteur de la place Badouillère, les immeubles bourgeois de la rue Michelet et le quartier Foch, avec des prix affichés autour de 1 600 euros/m², attirent toujours. Changement de population, amélioration de l'habitat... Certains quartiers prennent du galon comme Crêt-de-Roc, très central, il est le plus proche du centre : à 5 minutes de l'Hôtel de Ville. Récemment, un duplex rénové de 90 m² s'y est vendu 135 000 euros.

Les maisons sont rares à Saint-Étienne. Pour trouver des maisons individuelles avec un petit terrain, les acheteurs doivent, donc, axer leurs recherches vers la périphérie notamment à Saint-Just-Saint-Rambert et Saint-Priest-en-Jarez, communes très cotées. En première couronne, les budgets varient de 250 000 à 350 000 euros. À Saint-Priest, une maison de 100 m² avec un jardin de 400-500 m² se négocie de 230 000 à 240 000 euros. Pour faire face aux demandes en forte croissante, Loire Investissement vient, d'ailleurs, d'ouvrir une agence à Saint-Just.



L'entrée de ville réaménagée.

À l'est de Saint-Étienne, à Pont-de-l'Ane-Monthieu, un gros chantier vient de débuter. L'entrée de ville, côté Lyon, fait l'objet d'une requalification afin de préparer l'arrivée d'un projet commercial et de loisirs baptisé « Steel ». Il prévoit, entre autres, d'ici fin 2018, 50 000 m² de surfaces commerciales, un parc urbain avec 37 000 m² d'espaces verts, et 1 800 places de parking. Cette ZAC de 66 hectares va également connaître d'importants réaménagements de voirie pour contribuer à fluidifier la circulation : création de deux carrefours, d'un giratoire, agrandissement d'un échangeur, etc. À terme, 540 logements sont prévus sur le site.


Posté le 10/01/2017 par JEAN-MICHEL BÉNARD

Autres articles Rhône Alpes

Voir plus d'articles Rhône Alpes