Propriété, faut-il vendre, avant d'acheter son bien ?

La question est vieille comme l'histoire de l'immobilier ! Aucune règle ne permet de dire que c'est, à coup sûr, la meilleure solution. Tout est affaire de marché, d'opportunité et de capacité financière de chacun.

Vendre, avant d'acheter ?

Acheter avant de vendre ? S'il existait une réponse ultime, cela se saurait ! En réalité, chaque solution détient son lot d'avantages et d'inconvénients.

Vendre, avant d'acheter, peut être une source de tranquillité. En effet, le vendeur dispose des fonds nécessaires à l'achat d'une partie de sa nouvelle résidence et n'a pas à supporter les charges de deux logements. Connaissant exactement le montant de cet apport, il peut déterminer la part d'emprunt restant à obtenir pour financer son nouveau bien dans le budget qu'il s'est fixé. Mais cette maîtrise s'accompagne d'un inconvénient : celui de devoir acheter rapidement, sous peine d'être obligé de louer un logement ou d'habiter chez des amis, dans la famille... Une fois libéré le bien vendu. Avec, à la clef, des frais de double déménagement ! Autre élément à prendre en compte : vendre en premier prend du temps. Temps du compromis, de rétractation du vendeur, de l'obtention par celui-ci de son crédit éventuel, de signature de l'acte... En général, trois à cinq mois, quand tout va bien. Un temps qui s'allonge encore, lorsque le marché est poussif et que l'offre est supérieure à la demande, avec des acquéreurs peu pressés de s'engager ou qui négocient longuement. Durant cet intervalle, des biens qui correspondaient à son attente auront peut-être été soufflés par d'autres acquéreurs...

D'où l'intérêt de considérer aussi l'option « acheter avant de vendre » ! Avantage : pas de temps mort entre les deux et l'opportunité de pouvoir accéder à un éventuel achat « coup de coeur » sans délai. Et les prêts-relais ont aussi leur intérêt.



Petites choses à connaître sur le prêt-relais...

• Qu'il se nomme crédit-relais, prêt-achat-revente, relais-achat ou prêt-relais, la finalité de ce financement bancaire est la même : permettre à l'acheteur de financer son nouveau bien, avant qu'il ait vendu l'ancien.

• Le principe : la banque rachète le crédit en cours sur le bien à vendre et fait une offre d'emprunt globalisant le capital restant dû de l'ancien crédit et la somme nécessaire au financement du nouveau bien.

• Ce prêt est souscrit, selon un délai imparti qui n'excède jamais 2 ans, intervalle pendant lequel le bien devra avoir été vendu. La mensualité est fixe et lissée sur la durée du crédit.

• L'offre d'emprunt destinée à financer le nouveau bien ne dépasse jamais 70 % de la valeur estimée du bien à vendre.


Posté le 10/01/2017 par PHILIPPE BOURGET

Autres articles nationaux

Voir plus d'articles nationaux