Montpellier est : L'envolée du neuf

Le réaménagement de l'est montpelliérain a vu le fleurissement de programmes neufs. Dans l'est de l'agglomération, les familles ont le choix entre nouveaux quartiers bien reliés au centre, ou les communes limitrophes où l'offre de maisons est plus abondante.

Tendances.

Montpellier connaît, depuis vingt ans, une croissance économique et démographique ininterrompue. Le développement du TGV, qui rejoint Paris en trois heures, à l'instar de Marseille, y a fortement contribué. Climat, proximité de la mer, infrastructures de qualité, patrimoine historique, vie culturelle animée, tout est fait pour retenir les habitants. La ville a doublé de population en cinquante ans et a triplé son offre de logements.

Montpellier, c'est également la ville des étudiants, puisqu'ils sont 70 000 sur 272 000 habitants, soit l'une des plus fortes proportions de France. La commune compte, en effet, plusieurs établissements de pointe comme Paris Tech, l'École des Mines et l'école d'animation, ESMA. La communauté d'agglomération, née en 2001, devenue Montpellier Méditerranée Métropole, en 2015, a largement favorisé ce développement en créant quatre lignes de tramway qui ont permis un maillage du territoire avantageux pour les communes de la périphérie.

À l'est, le quartier de Port-Marianne regroupe une kyrielle de petits quartiers comme Richter, Pompignane, Oddysseum ou Le Millénaire. Le réaménagement de ces quartiers a vu émerger des programmes neufs. Ainsi, à Pompignane, ou au Millénaire, les primo-accédants peuvent trouver des trois pièces de 56 m² à moins de 220 000 euros.

Acheter une maison, en revanche, est plus compliqué, et les familles se tournent plutôt vers les villes de l'agglomération montpelliéraine, de taille modeste comme Baillargues, 6 700 habitants, ou plus importantes comme Mauguio, 17 000 habitants. Il faut compter 200 000 euros pour une maison de village de type T4 de 100 m² avec peu ou sans extérieur, mais plus de 300 000 euros pour un bien correct doté d'un jardin.



Quartier nature.

Entre l'avenue Raymond Dugrand, Port Marianne-Parc Marianne, ce quartier est l'occasion pour la ville de Montpellier de manifester son engagement dans le développement durable. Sur 80 hectares, dont 10 % d'espaces verts, il n'est qu'à quelques minutes de la mer, d'une part, et du centre historique, de l'autre. Une position idéale renforcée par la desserte des lignes 1 et 3 du tramway. Pas moins de 2 400 logements y sont créés, un parc public de 8 hectares, et 34 000 m² de bureaux. Avec ce quartier, la mairie entend étendre un peu plus le centre-ville vers l'est et donner un second souffle à l'immobilier neuf.


Posté le 10/01/2017 par CORALIE LE VAN VAN

Autres articles Languedoc Roussillon

Voir plus d'articles Languedoc Roussillon