Accueil

Immobilier : baisse des prix pour 2014

prix immobilier

Etude Crédit Agricole Immobilier sur le marché immobilier

 

Après un léger frémissement des ventes et un début de stabilisation des prix au premier semestre 2013, comment le marché immobilier va-t-il évoluer dans les mois à venir ? Telle est la question que se posent de nombreux Français et à laquelle le Crédit Agricole Immobilier apporte un début de réponse : dans une récente étude, le promoteur immobilier anticipe une baisse des prix pour 2014.

 

En France, au deuxième trimestre 2013, les prix de l’immobilier ont baissé d’1,1 % en moyenne sur un an, même si l’on note des différences entre les villes. Pour Olivier Eluere, économiste au Crédit Agricole, « l’offre et la demande s’équilibrent « par le bas », avec moins d’acheteurs mais aussi moins de vendeurs » : il prévoit une stabilisation des prix du neuf et une baisse des prix de l’ancien.

 

Légère amélioration du marché de l’ancien

 

En 2012, avec 702 000 ventes, le marché de l’ancien a connu un recul de 12 % par rapport à 2011. L’année 2013 est marquée par un léger redressement : en juillet 2013, le cumul des ventes sur un an s’élevait à 675 000 unités, soit une baisse de 10 % sur un an. Le Crédit Agricole Immobilier anticipe qu’on arrivera, d’ici la fin de l’année, à un repli des ventes de seulement 6 % sur un an.

 

En Ile-de-France, avec 90 000 unités, les ventes d’appartements anciens ont reculé de 12 % en 2012 pour atteindre leur plus bas niveau depuis 2009. Le premier semestre 2013 est marqué par un léger redressement des ventes : au deuxième trimestre, sur un an, elles ont augmenté de 8 %.

 

Côté prix, après une hausse significative en 2010-2011, l’année 2012 a connu un faible recul (-2,1 % sur un an). Pour l’instant, en 2013, les prix de l’ancien reculent mais cette baisse reste très modérée.

 

Stabilisation des ventes dans le neuf

 

En 2012, le marché du neuf a été marqué par un fort recul (-15 %) par rapport à 2011, avec seulement 89 000 biens vendus. Pour l’année 2013, même si les ventes de logements neufs restent basses, elles semblent se stabiliser, voire reprendre légèrement : d’ici la fin de l’année, le Crédit Agricole Immobilier prévoit qu’on atteindra les 90 000 unités. Un léger mieux qui tient à la reprise des investissements locatifs.

 

Les prix du neuf commencent à baisser, « du fait du recul des ventes et de la remontée des encours ». Cette diminution reste toutefois très modeste (-2,7 % sur un an au deuxième trimestre 2013) en raison des coûts de production, particulièrement élevés à cause des normes environnementales.

 

Les chiffres des mises en chantier restent problématiques : si, au troisième trimestre 2013, le nombre de chantiers démarrés a augmenté de 2,1 % sur un an, l’avenir est plutôt sombre. En effet, l’étude note un recul de 25,2 % des permis de construire sur un an : un chiffre qui laisse déjà présager une diminution des futures mises en chantier…

 

Alors que certains facteurs sont défavorables à la reprise du marché immobilier (croissance nulle, taux de chômage en hausse, durcissement de la fiscalité sur l’immobilier résidentiel, taux de crédit en hausse), la demande de logements reste soutenue et les offres de logements ne sont pas excessives. Dans ce contexte, le Crédit Agricole Immobilier prévoit une baisse de 4 % en glissement annuel des prix de l’ancien. Un mouvement qui devrait se poursuivre en 2014, avec une stabilisation des ventes et une baisse des prix de 4 à 5 % dans l’ancien.

Posté le 07/11/2013 par Logic-immo.com
Immobilier Prix immobilier

Autres articles nationaux

  • EST, LA DEMANDE SIGNE SA RENTRÉE

    Si les financements restent encore parfois délicats à trouver, la demande de biens de qualité, correctement situés a bel et bien fait son retour.Qualité, fiabilité et innovation, telles sont les valeurs... Lire l'article

  • NORD, LE GOÛT DE LA QUALITÉ

    Une offre correspondant aux attentes des clients en termes de prix, de prestations et d'emplacements, telle est la philosophie d'Icade.Pour être en cohérence avec le marché, il nous faut assurer l'équation... Lire l'article

  • RHÔNE-ALPES, UNE BONNE RÉSISTANCE

    L'attractivité de ce secteur lui permet de conserver un certain volume de ventes contrairement à d'autres régions françaises.À Grenoble, le marché se stabilise par rapport à 2013, mais toujours sur un... Lire l'article

Voir plus d'articles nationaux
';